Hypnothérapie

Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille

Laurent GROSS, Hypnothérapeute, EMDR, IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Paris 11

Florent HAMON, Hypnothérapeute, Thérapeute EMDR à Paris.

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute, EMDR - IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Marseille

Valérie TOUATI-GROSS, Hypnose Thérapeutique, EMDR - IMO, Thérapies Brèves et Ostéopathie à Paris 11 et 12

Dr Philippe AÏM, Psychiatre, Hypnothérapeute, Thérapies Brèves Orientées Solution. Paris

Sophie TOURNOUËR, Hypnothérapeute, Psychologue clinicienne et Thérapeute Familiale

Mariline MORCILLO, Hypnothérapeute et Infirmière sur Marseille et Paris

Théo CHAUMEIL, Kinésithérapeute et Praticien en Hypnose. Chargé de Formation à Paris et Marseille

Editorial du Dr Philippe Houssel




Editorial du Dr Philippe Houssel
La douleur aiguë peut-être considérée comme bénéfique, une sorte de signal d’alarme dont la fonction est de protéger le corps contre le danger causé par une lésion. Les mécanismes physiopathologiques de la nociception sont mieux connus depuis les années 1960 et différents traitements peuvent être désormais proposés aux patients. Ces traitements antalgiques (AINS, morphiniques) parfois non dénués d’effets secondaires ont aussi leurs limites dans le soulagement de la souffrance engendrée. En effet, la douleur est définie comme une expérience, une perception essentiellement subjective : elle peut être ressentie de façon extrêmement différente selon les individus. Car la douleur ressentie par l’individu dépend relativement peu du stimulus nociceptif mais est modulée par le contexte, les croyances, les attentes et les apprentissages propres au sujet. La douleur est ce que le patient dit percevoir ou vivre : elle est une sensation, une émotion, une cognition, un comportement.

L’hypno-analgésie a-t-elle une place dans la prévention et le traitement des douleurs aiguës ?

Si l’hypnose est utilisée depuis la nuit des temps, son utilisation en anesthésie s’est illustrée avec Jules Cloquet en 1809 en France, ou encore James Esdaile et James Braid en Europe. Puis son utilisation en anesthésie s’est perdue du fait de l’avènement de l’anesthésie par inhalation en 1842 (Morton). Dans un contexte scientifique marqué par les progrès importants en neurophysiologie de la douleur, Jean Lassner organise en 1965 le premier congrès international d’Hypnose en anesthésie où Milton Erickson propose onze techniques d’analgésie différentes. Puis les neurosciences à la fin du XXe siècle, avec l’objectivation en neuro-imagerie cérébrale d’un fonctionnement cérébral particulier par les équipes francophones des professeurs Marie-Elisabeth Faymonville à Liège et Pierre Rainville à Montréal (Québec), donnent un nouvel élan à l’outil hypnotique dans le soin. L’efficacité de l’hypnose sur la douleur, en ayant la particularité d’agir sur les quatre composantes de la douleur, est soulignée par de nombreuses études expérimentales et cliniques. Récemment une méta-analyse regroupant 34 études montre que chez les patients pris en charge au bloc opératoire, l’hypnose entraîne une diminution du stress, de la douleur émotionnelle, de la douleur, de la consommation médicamenteuse et favorise la réhabilitation postopératoire.
L’hypnose est désormais considérée comme une technique complémentaire dans le traitement de la douleur liée à une pathologie ou engendrée par un soin. D’ailleurs le recours à l’hypnose correspond également à une demande de la population (enquête Viavoice de 2015) avec 72 % de la population qui estiment nécessaire l’utilisation de techniques complémentaires telles que l’hypnose dans le soin pour la prise en charge de la douleur, qu’elle soit aiguë ou chronique.
La SFAR (Société française d’anesthésie réanimation) valide en 2005 (courrier du Professeur Jean Marty à l’Ordre national des médecins) la pratique de l’hypnose dans le contexte de l’anesthésie (notamment pédiatrique) et de la prise en charge de la douleur. Dans le contexte de l’anesthésie, l’hypnose peut donc être envisagée comme une technique répondant aux critères habituels de partie médicale incluant l’évaluation de ces pratiques.
En 2015, l’Inserm a publié un rapport sur l’hypnose (Juliette Gueguen et coll.), ce rapport montre l’intérêt thérapeutique de l’hypnose et appelle à la vigilance sur les dérives ne répondant pas à un cadre éthique.
Les soignants pratiquant l’hypnose doivent être formés à cette technique et doivent pouvoir en faire la preuve (recommandations de l’Académie de médecine du 5 mars 2013).

Nous devons recentrer les soins autour de l’être humain et le patient est l’élément le plus important de notre système de soins. Les techniques de communication et d’hypnose nous permettent de mettre le patient au cœur de ce système et de lui apporter confort et sécurité. Le travail hypnotique devant toujours se réaliser dans le respect et la sécurité du patient.
Dans ce numéro Hors-Série d’« Hypnoses & Thérapies brèves », vous allez découvrir différentes expériences cliniques. Les auteurs (infirmiers, dentistes, médecins...) vont partager avec vous leurs pratiques cliniques. C’est volontairement que nous avons privilégié la pratique courante afin que chacun d’entre vous puisse en tirer parti et mettre en application les différentes techniques relatées.
Je vous souhaite une très bonne lecture et je ne peux que vous encourager à utiliser ces différents outils pour le confort et la sécurité de vos patients et de vous-même.

Pour la suite de l'article de ce numéro de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves, cliquez ici



PHILIPPE HOUSSEL
Médecin anesthésiste réanimateur au CHP Saint-Grégoire (Ille-et-Vilaine). Directeur pédagogique au sein d’Emergences Rennes.




Rédigé le 12/01/2020 à 22:19 | Lu 57 fois | 0 commentaire(s) modifié le 15/01/2020





Laurent Gross
Florent HAMON. Hypnothérapeute, Praticien EMDR, Infirmier anesthésiste à Paris. Chargé de Formation... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :

Rédacteurs web de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves | Abstracts de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves | De l'Hypnose et des Thérapies Brèves, EMDR, IMO | Formations Hypnose, EMDR et Thérapie Brève | Colloques





Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy



Collège d'Hypnose : Addictions, vous avez dit addictions ? Sophie COHEN Editorial... La thématique des addictions est centrale et récur… https://t.co/Qbi3UrRpSn
Dimanche 19 Janvier - 00:02
Collège d'Hypnose : Pédiatrie, dans un bloc opératoire. Souffleuse de rêves... Je vais ici vous raconter l’entrée de l’hypnose dans un… https://t.co/z4KM5Bcoap
Mercredi 15 Janvier - 01:02
Collège d'Hypnose : Une conteuse au bloc opératoire. Conte métaphorique en anesthésie. Nos réalités individuelles sont nos « histoires… https://t.co/60mvSKMC02
Mardi 14 Janvier - 21:02
Collège d'Hypnose : Curiethérapie. Les secrets de l’hypnose dévoilés par l’hypnoanalgésie. L’hypnosédation pour curiethérapie de prosta… https://t.co/yJcWRZJ0Zk
Lundi 13 Janvier - 18:17
Collège d'Hypnose : Soins dentaires chez l’enfant. La douleur comme alliée ? Lorsqu’il est question de dents, la douleur y est souvent… https://t.co/vCn3vxl9LV
Lundi 13 Janvier - 17:17
Collège d'Hypnose : L’hypnose périopératoire L’hypnose périopératoire peut être utilisée seule, ou en complément à une anesthésie local… https://t.co/jjdNo20FWf
Lundi 13 Janvier - 16:17
Collège d'Hypnose : Gant analgésique. Une technique de protection au pouvoir «magique» L’utilisation d’une technique hypnotique locale… https://t.co/7DuvKXp6aa
Lundi 13 Janvier - 16:17



EMDR - IMO en France, de Paris à Marseille en passant par Nancy. Intégration des Mouvements Oculaires en thérapie. Thérapeutes et Formation