Hypnothérapie

Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille

Laurent GROSS, Hypnothérapeute, EMDR - IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Paris 11

Florent HAMON, Hypnothérapeute, Thérapeute EMDR à Paris.

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute, EMDR - IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Marseille

Valérie TOUATI-GROSS, Hypnose Thérapeutique, EMDR - IMO, Thérapies Brèves et Ostéopathie à Paris 11 et 12

Dr Philippe AÏM, Psychiatre, Hypnothérapeute, Thérapies Brèves Orientées Solution. Paris

Mariline MORCILLO, Hypnothérapeute et Infirmière sur Marseille et Paris

Théo CHAUMEIL, Kinésithérapeute et Praticien en Hypnose. Chargé de Formation à Paris et Marseille

Sophie TOURNOUËR, Hypnothérapeute, Psychologue clinicienne et Thérapeute Familiale

Sport de haut niveau: apprendre à jouer avec ses douleurs


Une application de la dissociation dans le contexte sportif.
Par Fabrice DE ZANET, Psychologue du sport en Belgique



On parle d’excellence à propos de ces athlètes qui ont atteint le plus haut niveau de leur discipline et s’y sont maintenus, démontrant ainsi une capacité à se dépasser continuellement.

Si la notion de réussite renvoie à celle de performance exceptionnelle ou de victoire, l’excellence est plutôt le processus à travers lequel un individu (ou une équipe) va mobiliser les ressources nécessaires à l’accomplissement d’un but de dépassement de soi. Toutefois, le chemin qui attend l’athlète décidé à atteindre le plus haut niveau de sa discipline est long et exigeant.

Le sport de haut niveau se caractérise en effet par des exigences élevées et souvent paradoxales. Il est demandé à l’athlète de gagner, tout en prenant du plaisir, d’être rigoureux et de savoir se détendre, de faire le maximum et de savoir se mettre en pilote automatique, de savourer un succès et de ne pas s’en contenter, de se donner à fond et de s’économiser. Nous avons ainsi défini 8 défis majeurs auxquels les athlètes de haut niveau sont confrontés en permanence dans leur quête de l’Excellence. Ce modèle comprend 4 axes de développement, chaque axe se caractérisant par deux défis complémentaires.

AXE 1 ACCOMPLISSEMENT

Le défi de la résonance consiste à rechercher l’accomplissement de soi dans sa vie d’athlète de haut niveau. Le défi de la résonance consiste pour l’athlète à rester en contact avec ce qu’il aime faire (ses motivations), ce qu’il veut faire (ses aspirations et valeurs personnelles) et ce qu’il sait faire (ses talents). Le défi de l’équilibre consiste à accorder une place centrale à son projet sportif tout en maintenant un équilibre face aux autres projets, responsabilités et contraintes.

AXE 2 PRÉPARATION

Le défi de la progression consiste à s’investir dans un travail continu de développement et d’entraînement des aptitudes physiques, techniques, tactiques et mentales. Le défi de la résilience consiste à maintenir ce processus de progression malgré les difficultés et échecs que l’athlète va inévitablement rencontrer.

AXE 3 COMPÉTITION

Le défi de l’action consiste à maintenir sa détermination à rechercher des solutions et à utiliser ce que l’athlète sait et peut faire « ici et maintenant » pour obtenir une bonne performance. Le défi de l’acceptation consiste à permettre à son expérience de la compétition (pensées, émotions, sensations corporelles) d’être ce qu’elle est sans chercher à la modifier.

AXE 4 RELATIONS

Le défi de la collaboration consiste à construire des relations de collaboration avec son entraîneur, ses coéquipiers, son entourage dans un but de progression et de développement mutuel. Le défi de la compétition consiste à élaborer, à vivre sereinement et à tirer profit des relations de compétition avec des adversaires, proches ou éloignés, voire même avec des coéquipiers.

Dans le cadre de cette contribution, nous nous intéresserons plus particulièrement aux défis de la compétition. Le temps de la compétition est celui de l’intensité : intensité mentale, émotionnelle et bien entendu physique. C’est aussi le moment où les athlètes disent vivre le plus intensément l’influence tant positive que négative du mental et des émotions sur la performance. Les athlètes font parfois l’expérience de l’automaticité qui se caractérise par une immersion totale dans l’action et par une performance quasi sans effort. Il s’agit d’une sorte de synchronisation entre le corps et l’esprit.

Mais les athlètes font aussi l’expérience de la « désynchronisation ». Ils la décrivent généralement de deux façons différentes : soit ils ne parviennent pas à reproduire en compétition les gestes qu’ils parviennent à accomplir à l’entraînement, soit leur expérience de la compétition (pensées, émotions, sensations physiques) est vécue comme antagoniste à la performance. Pour la majorité des athlètes, cette désynchronisation corporelle et/ou mentale est considérée comme un obstacle majeur à la performance. Pour remédier à cette situation, ils essaient le plus souvent d’agir de façon directe sur cet obstacle en cherchant à reprendre le contrôle de leurs gestes ou de leur expérience.

APPROCHE TRADITIONNELLE DE LA PRÉPARATION À LA PERFORMANCE SPORTIVE

Les solutions généralement utilisées par les sportifs font partie de ce que Gardner et Moore (Gardner & Moore, 2006) appellent l’approche traditionnelle de la préparation psychologique à la performance sportive. Selon ces auteurs, le rôle du préparateur est de lever les obstacles psychologiques (pensées, émotions, comportements) qui empêchent l’athlète d’être dans un état psychologique idéal.

Comme le rappellent Gardner et Moore, l’approche dominante en matière de préparation psychologique est directement issue des thérapies cognitivo- comportementales de la seconde vague. Les manuels, principalement nord-américains, sont largement consacrés au modèle appelé « Psychological Skills Training » (PST) et dont le postulat est que tout athlète doit apprendre et utiliser différentes compétences mentales (telles que la relaxation ou encore l’imagerie mentale) supposées permettre un meilleur contrôle de soi. L’objectif est en effet d’avoir une maîtrise plus grande de son état interne : les pensées, émotions et sensations physiques jugées désagréables doivent être contrôlées, éliminées ou remplacées pour permettre la performance.

De façon schématique, cette approche de la préparation mentale se fonde sur deux « croyances ». D’une part, il existe un état psychologique idéal (« flow ») associé à un haut niveau de performance qui se caractérise par des pensées, émotions et sensations physiques majoritairement positives et favorables à la performance. D’autre part, les pensées, émotions et sensations négatives et conçues comme antagonistes à la performance (stress, peur, manque de confiance…) peuvent et doivent être contrôlées (modifiées ou éliminées).

Boutique en ligne





Rédigé le 30/07/2018 à 22:36 | Lu 11 fois | 0 commentaire(s) modifié le 30/07/2018




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Août 2018 - 11:56 L’hypnose et ses inductions.

Rédacteurs web de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves | Abstracts de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves | De l'Hypnose et des Thérapies Brèves, EMDR, IMO





Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy



EMDR - IMO en France, de Paris à Marseille en passant par Nancy. Intégration des Mouvements Oculaires en thérapie. Thérapeutes et Formation