Hypnothérapie

Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille

Laurent GROSS, Hypnothérapeute, EMDR, IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Paris 11

Florent HAMON, Hypnothérapeute, Thérapeute EMDR à Paris.

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute, EMDR - IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Marseille

Valérie TOUATI-GROSS, Hypnose Thérapeutique, EMDR - IMO, Thérapies Brèves et Ostéopathie à Paris 11 et 12

Dr Philippe AÏM, Psychiatre, Hypnothérapeute, Thérapies Brèves Orientées Solution. Paris

Mariline MORCILLO, Hypnothérapeute et Infirmière sur Marseille et Paris

Théo CHAUMEIL, Kinésithérapeute et Praticien en Hypnose. Chargé de Formation à Paris et Marseille

Sophie TOURNOUËR, Hypnothérapeute, Psychologue clinicienne et Thérapeute Familiale

Milton Hyland Erickson : le conquérant immobile.


Avec le Dr Dominique MEGGLÉ, Institut Milton Erickson Marseille-Toulon
Revue Hypnose & Thérapies Brèves, Hors-Série n°6



Milton Hyland Erickson : le conquérant immobile.
Au fil des ans, Dominique Megglé lit et relit la vie d’Erickson. Sa vision est vivante, donc évolutive. Voici l’actuelle qui met en évidence la détermination d'Erickson à sortir du cadre des préjugés, paradoxalement, reproducteurs et stériles !

Erickson est né en 1901. C’est un descendant de Viking : il le fait savoir à un psychiatre sud-américain, fier de ses origines espagnoles, qui risquait de ne pas payer sa thérapie, comme il l’avait fait avec d’autres collègues. A bon entendeur, salut !

L’ENFANCE À LA FERME

Il est né dans une mine d’or, à Aurum (Nevada), dans une cabane adossée à la montagne. Trois murs en bois, le quatrième en roc. C’était encore l’époque, comme dans les westerns et Lucky Luke de la ruée vers l’or. Comme dans les wes terns et Lucky Luke, la mine d’or ne tient pas ses promesses et elle est désertée par les pionniers. Papa et maman se replient dans le Middle West et deviennent de paisibles fermiers, comme dans Lucky Luke.

A la ferme, l’enfant aide son père. Plus tard, il demandera systématiquement à ses élèves s’ils ont été élevés à la ville ou à la campagne. Cela ne forge pas la même vision du monde. Ses enfants auront leurs potagers, parfois avec des formes bizarres, pas forcément carrées ou rectangulaires. Toute sa vie, il cultivera, et, souvent, son jardin l’intéressera plus encore que ses patients. Le plus curieux est sa collection de cactus démarrée dès son internat en psychiatrie et sans cesse enrichie jusqu’à sa mort. Le cactus pique.

C’est d’un veau qu’il apprit le maniement de la résistance au changement. Son père cherchait à faire entrer un veau dans l’étable en le tirant par le licol. Plus il tirait, plus l’animal faisait pile. Le petit Milton assistait amusé aux efforts désespérés de son père, ce qui exaspérait celui-ci. A la fin, le père excédé dit à Milton : « Vas-y, fais-le entrer dans l’étable, on va voir qui va rire. » Le petit Milton y va et tire de toutes ses forces sur la queue du veau, comme s’il voulait à tout prix l’éloigner de l’étable. La bête se précipite dans l’étable. Il en conclut : quand vous devez résister à deux forces contraires, vous choisirez toujours de résister à la plus faible.

Hiver dans le Middle West, 4 heures du matin. Le petit Milton s’est levé très tôt parce que, quand il s’était couché, il avait commencé à neiger. Il a hâte de voir le spectacle. De sa fenêtre, émerveillé, il contemple la neige épaisse et immaculée qui a complètement enseveli la grand-rue toute rectiligne et il a une idée. Vers 6 heures, les ouvriers se lèvent pour aller au travail qui est à l’autre bout de celle-ci. Il sort et descend toute la rue en zigzags. Il repart à sa fenêtre : ses traces de pas sont là, bien enfoncées dans la neige, dessinant de grandes ondulations à droite et à gauche. Il attend les premiers ouvriers. Tous vont suivre ses pas et ainsi rallonger de deux à trois fois leur parcours, plutôt que d’aller tout droit comme ils le faisaient d’habitude. Quand vous avez donné le stimulus initial, tout le monde vous suit. Par facilité, même si c’est bien plus compliqué. Ils ne s’en rendent pas compte. Ils le font automatiquement.

DE MULTIPLES HANDICAPS

Le petit Milton était dyslexique, daltonien et sourd au rythme.

Pour surmonter sa dyslexie, pour reconnaître les mots, il se plonge tellement dans les dictionnaires qu’il y gagne le surnom de « Monsieur Dictionnaire ». Des fois, il a des flashes qui lui font voir les mots. Plus tard, il dira que ces flashes étaient des hallucinations hypnotiques. De la dyslexie, il tirera son goût pour faire revenir les patients à leurs premiers apprentissages, ceux de la lecture et de l’écriture, comme base solide de la thérapie. Cela, les patients ne peuvent pas nier qu’ils l’ont appris et que maintenant, ils le font sans avoir besoin d’y penser.

Dans les scripts de ses séances d’hypnose établis par Rossi, on voit, ici et là, très nettement sa dyslexie. Devant certaines formulations bizarres d’Erickson, Rossi discernait de subtiles habiletés de communication, alors que, tout simplement, c’était le handicap d’Erickson qui s’exprimait. Celui-ci avait appris à l’utiliser dans l’intérêt de ses patients. Qui mieux qu’un handicapé de la communication pouvait en devenir un génie ?

Daltonien, Erickson a un goût prononcé pour la couleur pourpre. Sur la fin, il agrémentait ses chemises « purple » d’une cravate indienne, ce qui a fait croire aux babas cool californiens qu’il était l’un d’entre eux. Son « purple » est devenu la bannière éricksonienne : les disciples du maître, les Instituts Erickson et les maisons d’édition qui ont publié ses œuvres s’habillent ou habillent leurs livres en « purple » !

Il était incapable de reconnaître une mélodie et la musique était un supplice pour lui. De cette surdité au rythme, Erickson tire une observation visuelle accrue du rythme respiratoire des patients : ce rythme-là, on peut le voir, et Erickson observe minutieusement tous les indices corporels. La poitrine se gonfle, s’affaisse, se gonfle, s’affaisse… Or, si le thérapeute synchronise sa respiration sur celle du patient, il s’établit entre eux une communication d’un mode spécial. A un niveau non verbal, il y a un accord. Le patient n’en est pas conscient. La communication devient hypnotique.

LA POLIOMYÉLITE

A 16-17 ans, il est atteint par la poliomyélite ; les séquelles et les complications de celle-ci le poursuivront jusqu’à sa mort. La maladie commence comme une grippe, mais en quelques heures, les paralysies commencent et s’étendent. C’est la phase d’invasion virale. Si les paralysies touchent les muscles respiratoires, elles tuent le malade. Sinon, au bout de quelques jours, le virus n’est plus nocif, l’extension s’arrête, mais il faut plusieurs mois ou années pour récupérer la motricité. Cette récupération sera toujours incomplète. Il y aura toujours des séquelles.

Nous en sommes à la période d’invasion. Dans le couloir à côté de sa chambre, il entend les médecins dire à sa mère qu’il est perdu, ce qui le révolte : comment oser dire cela à une mère ? Quand elle revient, il lui fait signe qu’il veut voir le soleil et qu’une grosse armoire l’en empêche. Maman déplace l’armoire, mais il n’est jamais satisfait, l’armoire n’est jamais comme il le veut. Elle doit la redéplacer encore et encore. Il est satisfait quand elle est épuisée et va enfin dormir. Il tombe dans le coma et en émerge au bout de trois jours. Rapidement, il prend conscience de l’étendue de ses paralysies.

Un peu plus tard, il se rend compte qu’il peut faire lui-même sa rééducation. En autodidacte, il découvre la réalité et la puissance de phénomènes décrits une trentaine d’années avant par les chercheurs en hypnose de l’école de… Nancy ! Ce sont les phénomènes idéomoteurs : Milton repose dans la chaise à bascule où on l’a placé. Il a une simple mais très forte envie de regarder par la fenêtre qui est sur le côté. Sa chaise se met à basculer ! Pourtant, il est entièrement paralysé. La représentation du mouvement dans sa tête a suffi à mobiliser des faisceaux musculaires qu’il ne pouvait pas contracter volontairement. Dès lors, il utilise « sa » méthode muscle par muscle, groupe musculaire par groupe musculaire, articulation par articulation. L’observation de sa plus jeune sœur, bébé à ses pieds, qui, elle aussi, apprend à marcher le stimule. Il apprend beaucoup d’elle pour diriger sa rééducation.

De plus, Milton s’est fixé un objectif : quand il aura récupéré la marche, il fera un raid en canoë de plusieurs milliers de miles avec un ami. Au dernier moment, l’ami fait faux bond, effrayé par l’exploit. Milton part seul. Il fera son raid. Là, nous avons des observations savoureuses : comment il se met à la traîne des steamers sur le Mississippi à l’heure du déjeuner pour avoir des miettes de repas, comment il s’arrange pour qu’on l’aide le soir à traîner son canoë sur la rive parce qu’il n’en a pas la force. Il commence la « communication indirecte », d’autres diraient la manipulation. De la poliomyélite, il garde une séquelle, la boiterie, et surtout un grand amour de la vie.

LES ÉTUDES ET LE CONFLIT AVEC HULL

Il fait ses études de médecine et se spécialise en psychiatrie. Pendant son internat, il commence sa collection de cactus et se marie une première fois. Il a trois enfants de sa première femme, dont il divorce assez rapidement. Il a la garde de ses enfants. Dans l’hagiographie éricksonienne, il y a un black-out total sur ce premier mariage. Impossible de savoir. Probablement beaucoup de souffrance. C’est l’époque d’un très dur, et inattendu, conflit professionnel. Son patron de psychiatrie, Clark Hull, l’estime et lui aussi l’estime. Hull mène des recherches sur l’hypnose dans son laboratoire expérimental. Erickson est enthousiasmé par la liberté d’esprit de celui-ci, à un moment où l’hypnose est interdite. Il découvre que tout ce qu’il avait fait sur lui-même pour sa rééducation, Hull l’appelait hypnose. Sans l’avoir su, il avait fait sur lui-même beaucoup d’hypnose et la connaissait d’expérience.


Commandez ce numéro Hors-Série n°6 de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves: Milton ERICKSON

Version papier épuisée de ce numéro, la version PDF est fournie à la place

Il s’ouvre avec un double éditorial où Patrick Bellet évoque l’apport du Sage de Phœnix comme celle d’ « Un nouveau Copernic »,
puis Thierry Servillat s’imagine écrire une curieuse lettre à Milton, le maître de « L’art de la joie ».
Roxanna Erickson-Klein livre un texte inédit : « Mon père »,
puis Dominique Megglé, biographe attitré, relit à la lumière de notre époque la vie de « Milton Hyland Erickson., le conquérant immobile ».
Jeffrey Zeig, président de la Fondation Erickson, avec un détaillé « Abécédaire des postures éricksoniennes », nous fait percevoir l’essence de cette approche thérapeutique si peu théorisable.
Patrick Bellet traite ensuite, en nous étonnant, « De la nature végétale de l’hypnose ».
L’ « Erickson’s Touch. Quintessence hypnotique » est détaillée par Richard Van Dyck,
avant que Michel Kerouac envisage Milton H. Erickson comme « Un artiste sauveteur. Comme un visionnaire inouï ».
A l’instar d’Erickson qui s’est affranchi de carcans théoriques, il convient avec Maurice Corcos de considérer avec un bel esprit critique ce nouvel ordre mondial psychiatrique qu’est le DSM !

Pour acheter ce numéro de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves à l’unité, ou vous abonner, cliquez ici




Rédigé le 03/08/2018 à 00:13 | Lu 55 fois | 0 commentaire(s) modifié le 23/09/2018





Laurence ADJADJ
Psychologue, Hypnothérapeute et Formatrice en Hypnose à Marseille, EMDR, IMO, Thérapies Brèves... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :

Rédacteurs web de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves | Abstracts de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves | De l'Hypnose et des Thérapies Brèves, EMDR, IMO | Formations Hypnose, EMDR et Thérapie Brève | Colloques





Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy



Collège d'Hypnose : Que nous dit la notion du Narcissisme chez Sigmund Freud ? Par Valérie Travers https://t.co/KNfMiS4uoU
Vendredi 16 Novembre - 19:29
Collège d'Hypnose : Revue Hypnose & Thérapies Brèves 50 Hypnose & Thérapies Brèves, Revue N°50 Août, Septembre, Octobre 2018… https://t.co/lWQMpOSN0l
Mardi 13 Novembre - 11:33
Collège d'Hypnose : Approche intégrative du psychotraumatisme, Hypnose et mouvements oculaires de type EMDR-IMO https://t.co/WOmNX1HiOJ
Mardi 13 Novembre - 01:06
Collège d'Hypnose : Formation en EMDR-IMO à Marseille. https://t.co/dl0vwfBwpM
Dimanche 11 Novembre - 00:52
Collège d'Hypnose : Hypnoscopie Octobre 2018 - Actualités en Hypnose Médicale https://t.co/jQz5Bqh51i
Mardi 6 Novembre - 01:08
Collège d'Hypnose : Revue Hypnose & Thérapies Brèves 50 Hypnose & Thérapies Brèves, Revue N°50 Août, Septembre, Octobre 2018… https://t.co/su0YGgum6p
Mercredi 31 Octobre - 13:33
Collège d'Hypnose : hypnose_hypnose | Formation en Autohypnose pour l'autonomie du patient et le confort du praticien Durée: 2 jours Da… https://t.co/h3CI2EPBs2
Mercredi 17 Octobre - 22:18



EMDR - IMO en France, de Paris à Marseille en passant par Nancy. Intégration des Mouvements Oculaires en thérapie. Thérapeutes et Formation