Hypnothérapie

Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille

Laurent GROSS, Hypnothérapeute, EMDR, IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Paris 11

Florent HAMON, Hypnothérapeute, Thérapeute EMDR à Paris.

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute, EMDR - IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Marseille

Valérie TOUATI-GROSS, Hypnose Thérapeutique, EMDR - IMO, Thérapies Brèves et Ostéopathie à Paris 11 et 12

Dr Philippe AÏM, Psychiatre, Hypnothérapeute, Thérapies Brèves Orientées Solution. Paris

Mariline MORCILLO, Hypnothérapeute et Infirmière sur Marseille et Paris

Théo CHAUMEIL, Kinésithérapeute et Praticien en Hypnose. Chargé de Formation à Paris et Marseille

Sophie TOURNOUËR, Hypnothérapeute, Psychologue clinicienne et Thérapeute Familiale

Hypnose chez l'enfant: Recherches scientifiques et avantages généraux.


Hypnose pour l’enfant douloureux
Par Antoine BIOY et Chantal WOOD



Avant de parcourir l'utilité de l'hypnose chez l'enfant douloureux, examinons avec Chantal Wood et Antoine Bioy l'état actuel de la recherche scientifique sur le sujet. L'hypnose prend pleinement sa place dans le système de soin. Elle ne la gardera que si sa pertinence est correctement évaluée.

L’hypnose est un merveilleux outil à utiliser avec un enfant. L’enfant, à partir de l’âge de 6 à 8 ans, va adhérer à l’hypnose car il vit entre son monde réel et son monde imaginaire. Il arrive à se focaliser sans peine sur sa DS, sa game-boy, ou le film qu’il regarde à la télé. Il vit même chaque scène pleinement, faisant peu de différences entre ce qu’il voit et la réalité qu’il vit.

Les études en imagerie cérébrale ont concerné les adultes et ont permis de montrer comment l’hypnose agit sur le cerveau. Différentes zones cérébrales sont activées pendant l’hypnose : le cortex cingulaire antérieur, les aires corticales occipitales et les structures cérébrales impliqués dans l’attention dont le tronc cérébral ponto-mésencéphalique, le thalamus médian, le cortex cingulaire antérieur, le lobe frontal inférieur et le lobe pariétal de l’hémisphère gauche.

L’hypnose a été largement utilisée chez les enfants ces 40 dernières années avec des indications très larges : les troubles psychologiques, troubles du comportement, problèmes d’apprentissage et de performance, ainsi que pour d’autres problèmes pédiatriques comme les affections pulmonaires, les allergies, l’urticaire, les problèmes dermatologiques variés, les maux de tête, l’énurésie, la mucoviscidose, le diabète, la dysphagie, les désordres gastro-intestinaux, les troubles des fonctions immunitaires, la douleur, le cancer, les soins palliatifs. Concernant la douleur, il existe actuellement de nombreuses études qui ont montré l’action de l’hypnose : chez les brûlés, dans la maladie de Crohn, l’arthrose juvénile, les maux de tête. Une étude de Kohen rapporte que 52 des patients qui ont répondu à l’étude, continuent à utiliser l’auto-hypnose, et avaient des céphalées moins fréquentes (44%) et moins intenses (56%). Cela souligne l’importance de cet apprentissage pendant l’enfance. Concernant les douleurs abdominales, Vlieger a montré dans une étude randomisée et contrôlée, chez 53 enfants âgées de 8 à 18 ans présentant une douleur abdominale récurrente, que 6 sessions d’hypnose permettaient une rémission clinique chez 53% des patients pendant les 3 premiers mois, et de 85% à un an (5). Les mêmes enfants ont été revus 5 ans plus tard et les 2/3 sont encore en rémission clinique. D’autres études concernent l’usage de l’hypnose dans les douleurs cancéreuses, lors des gestes iatrogènes, pour prendre en charge non seulement la douleur mais également l’anxiété.

Zeltzer et Le Baron dans une étude un peu ancienne ont comparé l’efficacité de la technique d’imaginaire focalisée sous hypnose et de la distraction dans la diminution de la douleur et de l’anxiété chez des enfants et des adolescents pendant une aspiration de moelle osseuse (AMO) et de ponctions lombaires (PL). L’efficacité de l’hypnose est supérieure à celle de la distraction dans la diminution de la douleur durant les AMO. Seule l’hypnose diminue l’anxiété. Pour les PL, seule l’hypnose diminue la douleur. L’anxiété est réduite dans une large part par l’hypnose et dans des proportions beaucoup plus modestes par d’autres techniques non hypnotiques. Ces résultats semblent bien attester de l’efficacité de la technique de l’imaginaire focalisée sous hypnose par rapport à la simple distraction.

Kuttner et coll. ont comparé l’hypnose, la distraction et la condition de contrôle pendant une AMO chez des enfants de 3 à 6 ans et de 7 à 10 ans. Les enfants les plus âgés dans le groupe « hypnose » et « distraction» montrent un niveau de réduction de la douleur et de l’anxiété de façon significative (hétéro-évaluation avec grille d’observation).



ANTOINE BIOY

Professeur des universités et directeur de recherches en Psychopathologie et Psychologie Médicale (Université de Bourgogne). Docteur en psychologie clinique. Attaché au CHU Bicêtre. Responsable scientifique de l’Institut Français d’Hypnose. Également responsable du DU d’Hypnothérapie (Dijon), co-responsable du DU « Hypnose en anesthésie » (Paris Sud) et du DU d’hypnose clinique et médicale (St Denis de la Réunion).

CHANTAL WOOD

Médecin pédiatre, anesthésiste-réanimateur, médecin de la douleur au centre de Prise en Charge de la Douleur Chronique du CHU de Limoges. Enseignante (DU et Capacité Douleur, DIU de Soins Palliatifs) et formatrice à l'Institut Français d'Hypnose et l'Association Française d'Hypnose. Traductrice d'Allison Twycross, Antony Moriarty et Tracy Betts. Auteur de : Prise en charge de la douleur de l'enfant : une approche multidisciplinaire, Abrégés Masson, 2002

Commandez ce numéro Hors-Série n°8 de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves: “Hypnose & Enfants"

Version papier épuisée de ce numéro, la version PDF est fournie à la place

1ère partie : hypnose pour l’enfant douloureux 
Introduction ; recherches scientifiques clefs, avantages généraux de l’hypnose chez l’enfant douloureux (Chantal Wood) 
Avantages de l’autohypnose et comment la proposer et suivre l’enfant (Isabelle Ignace) 
Illustrations dans l’urgence et dans la durée (Thierry Moreaux) 
Ce que l’hypnose modifie dans la relation entre soignant et soigné douloureux (Chantal Wood) 

2ème partie: l'enfant et le monde 
Déliances de l’enfance, reliances de l’adulte (Armelle Touyarot et Félix Benchimol) 
Histoire de mère, histoire de bébé (Isabelle Stimec) 
Double hommage à D. Stern (Luc Farcy. Stefano Colombo) 
Un père raconte (Jean-Michel Hérin) 
Le monstre dans la littérature fantastique (Didier Lafargue) 
TOC chez l'enfant (Jean-François Marquet) 
Hypnose solutionniste en pédiatrie ambulatoire (Hervé Fischer et Dominique Farges-Queraux) 
De la pratique thérapeutique à l’art de vivre (Isabelle Celestin Lhopiteau) 

3ème partie: l'enfant : un être de projet 
L'importance de la relation en hypnothérapie avec l'enfant (Antoine Bioy, Chantal Wood)) 
Mon Alter Héros (Maxime Lamourette) 

Pour acheter ce numéro de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves à l’unité, ou vous abonner, cliquez ici




Rédigé le 05/08/2018 à 22:01 | Lu 22 fois | 0 commentaire(s) modifié le 08/08/2018





Marion CHERVY
Rédactrice en Chef de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves Web. Chargée de Communication au sein... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :

Rédacteurs web de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves | Abstracts de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves | De l'Hypnose et des Thérapies Brèves, EMDR, IMO





Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy




EMDR - IMO en France, de Paris à Marseille en passant par Nancy. Intégration des Mouvements Oculaires en thérapie. Thérapeutes et Formation