Hypnothérapie

Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille

Laurent GROSS, Hypnothérapeute, EMDR, IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Paris 11

Florent HAMON, Hypnothérapeute, Thérapeute EMDR à Paris.

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute, EMDR - IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Marseille

Valérie TOUATI-GROSS, Hypnose Thérapeutique, EMDR - IMO, Thérapies Brèves et Ostéopathie à Paris 11 et 12

Dr Philippe AÏM, Psychiatre, Hypnothérapeute, Thérapies Brèves Orientées Solution. Paris

Mariline MORCILLO, Hypnothérapeute et Infirmière sur Marseille et Paris

Théo CHAUMEIL, Kinésithérapeute et Praticien en Hypnose. Chargé de Formation à Paris et Marseille

Sophie TOURNOUËR, Hypnothérapeute, Psychologue clinicienne et Thérapeute Familiale

Erickson's touch: la quintessence hypnotique.


Par Richard VAN DYCK, Psychiatre.
Consultant indépendant en matière de santé mentale et enseignement supérieur. Ancien professeur de Psychiatrie à l'Université Libre d'Amsterdam. Ancien président de la Société Hollandaise d'Hypnose Clinique.



Nous remercions les éditions Satas de leur amitié et des facilités qu’elles nous ont accordées pour la reproduction partielle de la préface du Dr Richard Van Dyck du livre Un séminaire avec Milton H. Erickson. Cet ouvrage est exemplaire pour sa présentation de la méthode éricksonienne et plus encore de son esprit, et il constitue une référence tant pour le débutant que le chevronné confirmé.

La méthode d’enseignement de Milton Erickson était telle que, dans l’esprit de l’étudiant, la confusion précédait toujours la clarté, et que le « un » n’était pas nécessairement suivi du « deux ».

Faire confiance à « l’apprentissage inconscient » est une méthode performante et intelligente. Cependant, il faut admettre que la compréhension intellectuelle a aussi ses charmes et ses mérites. Le lecteur qui recherche des informations plus directes et des cadres de référence pour une analyse plus poussée de certains aspects importants du travail d’Erickson, se reportera avec profit aux écrits de Haley, de Erickson et Rossi, ou de Brandler et Grinder.

C’est par Kay Thompson, une collaboratrice de longue date du Docteur Erickson et qui avait animé des conférences aux Pays-Bas, que j’ai appris qu’Erickson recevait encore quelques visiteurs quand son état de santé le lui permettait. Le Docteur Thompson me donna une lettre de recommandation, et ce n’est pas seulement avec une grande curiosité, mais aussi avec un profond respect, confinant à la crainte révérencielle, que j’entrepris le voyage pour Phoenix.

En dehors de la profusion de la couleur violette, je ne savais pas trop à quoi m’attendre à mon arrivée. Ce qui m’a le plus frappé lors de ma première rencontre avec lui, c’est sa simplicité, son intérêt amical et son absence totale d’orgueil, Erickson était content d’avoir un visiteur qui venait des Pays-Bas et il engagea la discussion en racontant une histoire qui, comme je l’ai compris plus tard, était destinée à trouver un sujet qui éveille notre intérêt commun. L’anecdote concernait la reproduction des vaches de souche « Frisian » dans le désert de l’Arizona et les problèmes d’irrigation que cet élevage impliquait. Il expliqua comment, il y a bien longtemps, les Indiens avaient creusé des canaux d’irrigation, et il conclut : « Vous vous demandez quel type de prospection leur a été nécessaire pour creuser ces canaux ? » Je me posais certainement la question, mais par-dessus tout, je cherchais à comprendre quel était le lien entre ces remarques et le but de ma visite.

Le séminaire avec Erickson me fournit encore bien d’autres occasions de me poser des questions. D’un thérapeute hors du commun, on doit attendre une façon d’enseigner hors du commun. Erickson jeta une pierre à un étudiant, et lorsqu’elle le toucha, cette pierre se révéla être une imitation, faite en mousse de caoutchouc. Il dit alors avec emphase : « Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles paraissent être. » Et il raconta alors une histoire de thérapie qui illustrait cette assertion.

A première vue, ses anecdotes semblaient seulement divertissantes. Certains d’entre nous voulaient en venir au « véritable enseignement » et poser des questions pour mieux comprendre. Erickson répondait par une autre histoire. Et il répondait à de nouvelles questions par encore plus d’histoires.

Au lieu de nous permettre de digérer une histoire et de méditer sur son sens, Erickson commençait immédiatement une nouvelle histoire, lançant parfois quelques blagues pour accrocher d’abord notre attention, et quelquefois sans la moindre transition évidente. En dehors d’un bref commentaire, en une phrase, au début ou à la fin de chaque histoire didactique, Erickson ne donnait que très peu d’explications sur ce qu’il voulait nous apprendre. Cette méthode, qui nous obligeait à tirer nos propres conclusions, était parfois un peu pénible. Le sentiment de confusion et de léger inconfort qui en résultait était un des éléments qui contribuaient à ces changements périodiques de notre attention qu’Erickson appelait « transes naturelles » et qui facilitaient l’apprentissage inconscient.

Au début du séminaire, j’avais l’intention de poser un certain nombre de questions. Je ne les ai jamais posées. Pour certaines de ces questions, j’ai eu des réponses sans les poser. Les autres, je ne les ai pas posées, parce que je sentais que je recevais déjà plus d’informations que je ne pouvais en retenir. Ce n’est que peu à peu que j’ai découvert une structure au séminaire, et ce n’est qu’une fois en Europe que j’ai commencé à saisir ce que j’avais peut-être appris.

Une des premières impressions que j’ai acquises concernant Erickson, était qu’il insistait bien moins sur le fait de réussir toujours ses thérapies qu’on ne l’aurait attendu en lisant la littérature qui lui était consacrée. Il soulignait que ce que l’on pouvait gagner était parfois limité, et se limitait quelquefois à un changement dans le jugement que le patient portait sur lui même et sur le comportement qui posait problème. Il n’était pas toujours possible d’améliorer immédiatement les symptômes. C’était un soulagement de l’entendre dire que, pour certaines personnes, un thérapeute ne peut rien faire. Et c’était aussi réconfortant d’apprendre que, quelquefois, Erickson lui-même ne jugeait pas bon de rencontrer le patient sur son propre terrain.

Sans aucun doute, Erickson ne ressentait nullement le besoin de se poser en figure mythique. Il aimait plutôt à se présenter comme un artisan compétent qui avait le désir ardent de transmettre ses savoir faire. Au lieu d’essayer d’impressionner son auditoire (ce qui se produisait de toute façon), il faisait un effort pour nous mettre sur des voies qui étaient importantes pour nous et si familières pour lui.

Commandez ce numéro Hors-Série n°6 de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves: Milton ERICKSON

Version papier épuisée de ce numéro, la version PDF est fournie à la place

Il s’ouvre avec un double éditorial où Patrick Bellet évoque l’apport du Sage de Phœnix comme celle d’ « Un nouveau Copernic »,
puis Thierry Servillat s’imagine écrire une curieuse lettre à Milton, le maître de « L’art de la joie ».
Roxanna Erickson-Klein livre un texte inédit : « Mon père »,
puis Dominique Megglé, biographe attitré, relit à la lumière de notre époque la vie de « Milton Hyland Erickson., le conquérant immobile ».
Jeffrey Zeig, président de la Fondation Erickson, avec un détaillé « Abécédaire des postures éricksoniennes », nous fait percevoir l’essence de cette approche thérapeutique si peu théorisable.
Patrick Bellet traite ensuite, en nous étonnant, « De la nature végétale de l’hypnose ».
L’ « Erickson’s Touch. Quintessence hypnotique » est détaillée par Richard Van Dyck,
avant que Michel Kerouac envisage Milton H. Erickson comme « Un artiste sauveteur. Comme un visionnaire inouï ».
A l’instar d’Erickson qui s’est affranchi de carcans théoriques, il convient avec Maurice Corcos de considérer avec un bel esprit critique ce nouvel ordre mondial psychiatrique qu’est le DSM !

Pour acheter ce numéro de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves à l’unité, ou vous abonner, cliquez ici





Rédigé le 03/08/2018 à 12:41 | Lu 19 fois | 0 commentaire(s) modifié le 08/08/2018





Philippe AÏM
Hypnothérapeute, Psychiatre, Praticien en EMDR - IMO, Président de l'Institut Uthyl, responsable de... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :

Rédacteurs web de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves | Abstracts de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves | De l'Hypnose et des Thérapies Brèves, EMDR, IMO | Formations Hypnose, EMDR et Thérapie Brève





Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy




EMDR - IMO en France, de Paris à Marseille en passant par Nancy. Intégration des Mouvements Oculaires en thérapie. Thérapeutes et Formation