Hypnothérapie

Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille

Laurent GROSS, Hypnothérapeute, EMDR, IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Paris 11

Florent HAMON, Hypnothérapeute, Thérapeute EMDR à Paris.

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute, EMDR - IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Marseille

Valérie TOUATI-GROSS, Hypnose Thérapeutique, EMDR - IMO, Thérapies Brèves et Ostéopathie à Paris 11 et 12

Dr Philippe AÏM, Psychiatre, Hypnothérapeute, Thérapies Brèves Orientées Solution. Paris

Mariline MORCILLO, Hypnothérapeute et Infirmière sur Marseille et Paris

Théo CHAUMEIL, Kinésithérapeute et Praticien en Hypnose. Chargé de Formation à Paris et Marseille

Sophie TOURNOUËR, Hypnothérapeute, Psychologue clinicienne et Thérapeute Familiale

Dépression: sept modèles de changement. Dr Claude Virot.


Revue Hypnose & Thérapies Brèves, Hors-Série n°4
Psychiatre, Hypnothérapeute, Président de l'ISH et de l'Institut Emergences Rennes



De la couleur avant tout
Claude Virot semble quelqu’un d’assez visuel. Et il voit tout en couleur ! Ressource bien utile quand on travaille avec la noire (ou grise) dépression...

Lorsque je « rentre en psychiatrie en 1983 », j’ai déjà fait la connaissance d’Erickson et de ses drôles de thérapies, dont l’hypnose, par le livre de Paul Watzlawick Le Langage du changement. Il y a plus qu’un monde, un univers, entre ce qui est décrit d’Erickson et la réalité des traitements proposés aux patients atteints de dépression. Pour l’essentiel, la foi repose sur les antidépresseurs qui semblent promettre un monde de bonheur à chacun. Il apparaît rapidement que les promesses restent des promesses et que les traitements deviennent de plus en plus longs, de plus en plus lourds. L’injection de molécules miracles standardisées dans le monde intérieur des patients a oublié en route l’originalité de chaque individu, son histoire, son contexte de vie et ce quelque chose qui semble si important pour Erickson : les ressources du patient. C’est plus qu’un oubli, une évidence : le patient déprimé n’a plus de compétences personnelles pour participer à son processus d’évolution et ne peut qu’espérer le miracle tant attendu.

C’est en 1986 que je peux enfin apprendre l’hypnose au sein de l’Institut Milton Erickson de Paris animé par Jean Godin et Jacques-Antoine Malarewicz. C’est la première d’un long parcours qui va me faire naviguer sur des océans imprévisibles et récolter quelques couleurs pour ma palette. Pour les patients souffrant de dépression, j’en ai sélectionné 7, 7 comme les 7 couleurs de l’arc-en-ciel. Pour nos yeux limités, un arc-en-ciel, ce sont 7 couleurs plus ou moins nettes. Un détecteur plus précis y verrait une infinité de couleurs, ou plutôt une infinité de longueurs d’ondes différentes. De la même manière, l’exercice quotidien avec les patients présentant des troubles dépressifs est fait d’une infinité d’éléments : un ton de voix, un mot à la place d’un autre, le délai entre deux rencontres... J’ai trouvé pratique de décrire ces sept modèles qui ont influencé mon travail en respectant autant que possible leur chronologie. Les césures n’ont pas été aussi nettes dans la réalité et beaucoup de couleurs sont des compositions de plusieurs autres, le passage du bleu au jaune se fait par une infinité de verts.

VIOLET : LES RESSOURCES DE MILTON H. ERICKSON

Au-delà de l’hypnose, l’enseignement le plus radical transmis par Erickson est que les patients ont des ressources et qu’il convient de les activer et de les aider à les utiliser pour qu’ils s’engagent dans un processus de changement. En revenant à mon service de psychiatrie, ce concept de ressources me paraissait beaucoup plus flou, sinon même « carrément fumeux ». Les patients sont passifs, épuisés, angoissés, tristes et n’attendent qu’une chose : leur dose de produits. De quelles ressources peut bien parler Erickson ? Les siennes, peut-être. Il est sûr qu’il lui en a fallu toute sa vie pour surmonter handicaps de naissance et maladies invalidantes. Pour survivre à deux épisodes qui auraient dû avoir raison de lui. Pour travailler comme thérapeute et enseignant jusqu’à ses derniers jours. Bien sûr, ce parcours force le respect mais un homme exceptionnel ne fait pas que les autres le soient. Pourtant il soigne au quotidien des hommes et des femmes souffrant des mêmes troubles que mes patients et de nombreux observateurs racontent des guérisons étonnantes. Pour Erickson, ces évolutions sont normales, naturelles, puisque nous avons tous en nous un immense magasin de ressources et de solutions dans lequel nous pouvons puiser pour évoluer et changer.

Ce sont les ressources du patient et non pas celles du thérapeute qui sont essentielles, d’autant plus que les antidépresseurs ne sont prescrits de manière habituelle que dans les années 1970 lorsque Erickson a 70 ans ! Il a appris à faire sans pendant des dizaines d’années. Le problème est que ces ressources sont peu actives chez la personne souffrante alors qu’elles lui seraient si nécessaires. C’est ici que l’hypnose est fondamentale. L’hypnose est une chose simple, d’ailleurs la transe est naturelle et tout le monde peut en faire l’expérience. « Il suffit » de permettre au patient de se focaliser sur une expérience agréable, un lieu confortable ou un lieu sûr, de l’aider à fixer son attention sur cette expérience pendant un certain temps, et il va accéder consciemment et inconsciemment à des ressources oubliées ou à de nouvelles ressources. Sur le plan technique, le thérapeute doit utiliser des mots choisis et surtout modifier sa voix pour qu’elle devienne plus lente, avec des pauses, l’idéal étant de copier le rythme respiratoire du patient pour se synchroniser avec lui. Ceci suppose que le thérapeute devienne un expert dans l’observation de son patient pour repérer sa manière de parler, ses mots, ses gestes, et aussi ses valeurs, ses expériences, les personnages majeurs de sa vie, ses réactions ici et maintenant dans la séance, avant ou pendant la transe.

Chaque information que le patient apporte est importante et peut devenir essentielle. D’où l’adage prêté à Erickson : pour être un bon thérapeute il faut savoir faire trois choses : observer, observer et observer... Observer tout ce qu’apporte le patient, ses douleurs et ses peurs, bien sûr, mais aussi ses compétences et ses expériences, son énergie et sa motivation, son courage et ses soutiens, tout ce qu’il ne voit plus dans cette phase de sa vie. Après l’observation vient l’utilisation soigneuse et respectueuse de toutes ces informations qui font partie de l’univers intime du patient. C’est au thérapeute de s’adapter au patient, de devenir suffisamment souple pour devenir quelqu’un qui lui ressemble, une sorte de miroir qui lui renvoie tout ce qui peut lui être utile. C’est pendant la transe partagée que cet accordage est le meilleur : lorsque le thérapeute parvient à se synchroniser presque parfaitement avec le patient quel qu’il soit. Les bases sont si simples qu’il serait curieux que cela suffise. Et pourtant, en appliquant ces quelques outils, une moitié de mes patients peut évoluer favorablement sans recours aux psychotropes, c’est-à-dire sans avoir besoin d’introduire dans leur système une substance étrangère.

Ce sont quand même les sujets qui souffrent des dépressions les plus accessibles. Erickson, hypnose et ressources vont ensemble. Cependant, manque au moins une dimension fondamentale : la métaphore. Erickson racontait des histoires pendant les transes, hors des transes, dans ses enseignements et à tous ceux qu’il rencontrait. Depuis l’anecdote d’un autre patient, une scène qu’il avait observée dans la vie courante, un conte ancestral ou une histoire inventée pour ce patient, ce jour-là. Chaque histoire devient une métaphore, un autre lieu et un autre temps où il focalise son attention. Surtout si le thérapeute passe en mode « hypnose », c’est-à-dire change sa voix, le rythme et introduit des éléments qui appartiennent au vécu du patient.

J’étais très inquiet lorsque j’ai osé inviter un patient à fermer ses yeux, à laisser sa respiration trouver le meilleur rythme, pendant que je lui racontais l’histoire d’un chevalier du Moyen Age, ses difficultés et les solutions. Il a écouté cette histoire pour enfants, immobile comme son bras en catalepsie, il s’est orienté de nouveau dans la pièce, il est resté pensif quelques instants sans demander d’explications. Quand je l’ai revu, quelques jours plus tard, il avait décidé de rencontrer son grand-père qu’il n’avait pas vu depuis l’âge de 5 ans suite à des querelles familiales... Les métaphores nous font quitter la logique linéaire, rationnelle que notre formation a su forger en nous, pour évoluer dans le monde mystérieux et imprévisible de l’imaginaire (qu’Erickson appelle plutôt inconscient), un monde illimité et hors du temps réel dans lequel nous puisons au quotidien des idées nouvelles ou des rêves qui orientent notre futur.

INDIGO : VERS UNE ÉCOLOGIE DE LA THÉRAPIE

Erickson ne vient pas seul dans cette première formation. Il est accompagné de Gregory Bateson, anthropologue, scientifique touche-à-tout et philosophe, qui dirige une recherche dans les années 1950 sur la communication du schizophrène. C’est le début d’une histoire reliée au Mental Research Institute de Palo Alto qui se focalise sur l’importance des interactions entre individus pour le meilleur et pour le pire. C’est le moment où la notion de système est construite. Elle sera diffusée en particulier par Joël de Rosnay dans Le Macroscope et nous est transmise par Jacques- Antoine Malarewicz déjà formé à la thérapie familiale en Italie. Les systèmes sont de toutes sortes : un ensemble d’éléments en interaction reliés par un même objectif et évolutifs dans le temps. Celui qui nous intéresse le plus est le système familial qui entoure chacun de nous, qui peut nous aider face aux difficultés, devenant alors une ressource externe majeure, mais aussi capable de générer des difficultés pour ses membres où de résister à l’évolution de l’un d’entre eux. Avec le système, c’est la famille qui s’invite dans la thérapie à côté de l’hypnose qui mobilise les ressources internes.

Chacun se construit dans sa famille, dans les relations permanentes avec les parents, les grands-parents, les frères et sœurs, et au-delà... Chacun de ces liens peut être favorable à notre évolution ou devenir une limitation, chacun peut être favorable à une époque et un handicap à une autre. La famille est un système vivant qui se modifie et se transforme en permanence. Comme tout organisme vivant, sa première mission est la survie. Elle le fait grâce à deux grands principes. Le premier est l’homéostasie, un ensemble de règles et de valeurs que chacun doit respecter. L’homéostasie l’emporte sur toute autre considération quand le système se sent menacé : départ d’un enfant, décès, arrivée d’un nouveau membre, changement d’attitude d’un enfant lors de l’adolescence... Dans chacune de ces situations, le système peut se fermer, se rigidifier et résister au changement, même si ce changement est nécessaire à l’évolution d’un de ses membres.

Dans ces circonstances, le membre en question va envoyer des signes de souffrance comme la colère, la résignation ou la dépression. L’homéostasie va aussi jouer un rôle protecteur face à un décès, une maladie, un problème financier. Et nous verrons alors l’ensemble des membres de cette famille réunir leurs compétences pour faire face à la difficulté. L’homéostasie assure la protection à court terme. Le deuxième grand principe est la tendance à la croissance, la tendance à grandir. Pour accueillir de nouveaux individus, enfants, brus et gendres, de nouvelles idées. La croissance permet de se projeter sur le long terme, au-delà des générations. Ces deux principes sont un peu comme le frein et l’accélérateur de votre voiture : chacun est essentiel et ils se complètent pour arriver à bon port.


Commandez ce numéro Hors-Série n°5 de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves: la Dépression

“Dépression et après ?“ Edito de Patrick Bellet.
“Un enjeu anthropologique“ Introduction de Thierry Servillat
“L’Acédie. L’extinction de la voie intérieure“. Jacques-Antoine Malarewicz
“Lorsque la dépression paraît… Premiers soins maternels“. Armelle Touyarot
“Peut mieux faire ! Ou comment déprimer à l’école. Orthophoniste multi-tâches, Amer Saffiédine
“De la couleur avant toute chose. Sept modèles de changement dans la dépression“. Claude Virot
“Comment ne plus déprimer. De la loyauté à la dépression“. Bruno Dubos
“Ex libris “ la bibliothèque des lecteurs. Les livres qui ont compté pour nos lecteurs.
“L’avenir de la psychothérapie en hypnose“. La rubrique Humeur de ce n° a été confiée à Stephen Lankton, rédacteur en chef de l’American Journal of Clinical Hypnosis. Il nous interroge sur « la preuve scientifique » et « le bon sens » dans le domaine de l’hypnose. Traduction d’Armelle Touyarot.

Pour acheter ce numéro de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves à l’unité, ou vous abonner, cliquez ici





Rédigé le 02/08/2018 à 10:22 | Lu 260 fois | 0 commentaire(s) modifié le 23/09/2018





Laurence ADJADJ
Psychologue, Hypnothérapeute et Formatrice en Hypnose à Marseille, EMDR, IMO, Thérapies Brèves... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :

Rédacteurs web de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves | Abstracts de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves | De l'Hypnose et des Thérapies Brèves, EMDR, IMO | Formations Hypnose, EMDR et Thérapie Brève | Colloques





Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy



Collège d'Hypnose : Que nous dit la notion du Narcissisme chez Sigmund Freud ? Par Valérie Travers https://t.co/KNfMiS4uoU
Vendredi 16 Novembre - 19:29
Collège d'Hypnose : Revue Hypnose & Thérapies Brèves 50 Hypnose & Thérapies Brèves, Revue N°50 Août, Septembre, Octobre 2018… https://t.co/lWQMpOSN0l
Mardi 13 Novembre - 11:33
Collège d'Hypnose : Approche intégrative du psychotraumatisme, Hypnose et mouvements oculaires de type EMDR-IMO https://t.co/WOmNX1HiOJ
Mardi 13 Novembre - 01:06
Collège d'Hypnose : Formation en EMDR-IMO à Marseille. https://t.co/dl0vwfBwpM
Dimanche 11 Novembre - 00:52
Collège d'Hypnose : Hypnoscopie Octobre 2018 - Actualités en Hypnose Médicale https://t.co/jQz5Bqh51i
Mardi 6 Novembre - 01:08
Collège d'Hypnose : Revue Hypnose & Thérapies Brèves 50 Hypnose & Thérapies Brèves, Revue N°50 Août, Septembre, Octobre 2018… https://t.co/su0YGgum6p
Mercredi 31 Octobre - 13:33
Collège d'Hypnose : hypnose_hypnose | Formation en Autohypnose pour l'autonomie du patient et le confort du praticien Durée: 2 jours Da… https://t.co/h3CI2EPBs2
Mercredi 17 Octobre - 22:18



EMDR - IMO en France, de Paris à Marseille en passant par Nancy. Intégration des Mouvements Oculaires en thérapie. Thérapeutes et Formation