Hypnothérapie






Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy

Congrès Mondial d'Hypnose à Paris




Congrès Mondial d'Hypnose à Paris
Appel à communiquer au prochain congrès mondial d’hypnose à Paris, du 26 au 29 août 2015.
Jusqu’au 15 septembre prochain, vous êtes cordialement invités à proposer qui une conférence, qui un atelier, qui une participation à une table ronde.

Tous les sujets sont bien sûr possibles, du moment qu’ils correspondent à votre pratique, ou à un travail d’exploration, de recherche, personnels ou menés en équipe.
Il y a donc une totale liberté, indispensable quand on souhaite concevoir un programme le plus riche possible et ouvert à l’imagination, la créativité et l’inventivité !

Sous l’intitulé général Racines et futur de la conscience, 8 thématiques ont été élaborées afin d’encourager les intervenants à aller le plus loin possible dans des directions qui semblent particulièrement importantes :  

1. L’hypnose : une pratique mondiale.
Ce thème part d’une évidence, les participants des récents congrès d’Istanbul et de Brême l’ont vécu : le succès de l’hypnose est planétaire, même si d’autres noms peuvent être employés pour la désigner : wu chinois, sema soufi, vipassana indien que les occidentaux ont traduit et parfois adapté en pleine conscience… Combien de variétés de transes vont pouvoir s’entrecroiser et se féconder dans le futur !  

2. L’hypnose, un outil central pour la nouvelle médecine fonctionnelle. Depuis ces 20 dernières années, conjointement à l’essor de la médecine de la douleur, un champ nouveau s’est constitué, qui est particulièrement pertinent pour la pratique de l’hypnothérapie : les maladies fonctionnelles. Les connaissances biologiques qui progressent considérablement à propos de pathologies aussi répandues que la fibromyalgie, la colopathie fonctionnelle, la migraine (et tant d’autres), l’identification d’un « cerveau digestif », révolutionnent les théories psychosomatiques classiques. L’existence d’une « pensée corporelle » devient peu à peu évidente, l’utilité des émotions est reconnue, y compris en recherche fondamentale; la neuro-immuno-endocrinologie est relancée, et l’on s’intéresse de nouveau à la notion d’énergie, après un arrêt de plus de deux siècles.  

3. Richesse des conceptions actuelles sur la conscience. Sujet central de ce congrès, la conscience, notion primordiale de la psychologie voire de la physique2 ? La richesse des études en imagerie fonctionnelle, la connaissance des neurones miroirs, nous font progresser dans la connaissance de la perception, objet du travail thérapeutique de la médecine d’imagination qu’est l’hypnose. Reconsidérer le temps à la lumière de ces connaissances (notamment avec la physique quantique), mieux comprendre en quoi consiste l’hypnotisabilité, en quoi l’hypnose dite « négative » peut devenir un mécanisme pathogène…  

4. Place de l’hypnose dans l’organisation des soins et de la société. Un thème qui pourra avoir une dimension politique. Nous ne serons pas en France sans raison ! Déjà, c’est au quotidien que les usagers nous posent la question : « Dans le CHU de ma ville, dans la clinique où je vais me faire hospitaliser, y aura-t-il des praticiens de l’hypnose pour me préparer à l’intervention ? Pourrais-je avoir de l’hypnothérapie durant mon séjour en Psychiatrie ? Mon service de secteur pratique-t-il les thérapies familiales systémiques ? » De plus en plus vécue comme un droit, la demande d’hypnose interpelle les systèmes de soin. Quand tous les intervenants d’un service, voire d’un établissement dans son ensemble, pratiquent l’hypnose, qu’est-ce que cela change dans son fonctionnement ? L’époque est venue d’observer, d’évaluer cela afin de continuer le développement de nos pratiques. Faudra-t- il une loi pour inciter aux évolutions ? La pratique de l’hypnose est-elle porteuse d’une utopie ?  

5. Hypnothérapie et écologie. Face aux défis écologiques de notre époque, l’hypnose peut-elle contribuer aux solutions ? Déjà peut-être concernant nos façons de penser, 40 ans après Bateson. En aidant nos patients à inventer de nouveaux équilibres en activant des ressources qu’ils ne savaient pas avoir, en construisant des réseaux coopératifs bien réels… Oui, en 2015, où en est la systémie, partenaire de l’hypnose ? Peut-elle aider à examiner nos environnements de façon renouvelée, dans des domaines qui voient les pathologies exploser (allergologie : pourquoi tolérons-nous moins notre monde ?), ou qui font évoluer les pratiques et les modes de penser, souvent en rapport avec les nouveaux cycles de la vie humaine (maternité, naissance, soins palliatifs).  

6. Les interactions patients-thérapeutes. Que se passe-t-il réellement entre un thérapeute et son patient ? Quelle est la part du langage ? L’interaction est-elle toujours centrale ? Et la place de l’empathie ? Pluralité des conceptions et des courants !  

7. Formation. Comment devient-on thérapeute ? L’art s’apprend-il ? Quelle transmission ? Par internet ? Le rôle des vidéos ? Quelles législations et processus de certification pour encadrer les pratiques ?  

8. De l’hypnose historique à l’hypnose éricksonienne actuelle : quel avenir pour l’hypnose ? Après Mesmer, Charcot, Liébeault, Bernheim, Janet, Erickson, comment imaginerons-nous d’autres philosophies pratiques ? Avec cette sérendipité dont nous découvrons juste la richesse ? Comment l’hypnose francophone va-t-elle contribuer à l’hypnodiversité future ?  


Rendez-vous sur le site de la CFHTB: Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves  pendant tout l’été… et avant le 15 septembre minuit !

 

Congrès Mondial d'Hypnose à Paris

Les autres articles de la Revue ce mois-ci...  

Transe générative. Le grand voyage de conscience. Stephen GILLIGAN
Auteur majeur du courant éricksonien, Stephen Gilligan présente ici les fondements de son propre apport à la pratique et la théorisation de l’hypnose : la notion de transe générative. La transe générative est un espace expérientiel à partir duquel de nouvelles dimensions de la réalité peuvent être créées. Elle est ainsi un moyen efficace pour le voyage de conscience qui est au coeur d’une vie pleine de sens. 
 
L'auto-hypnose pour l'autonomie. Elise LELARGE, Edith HAMEON-BEZARD
Particulièrement remarqué et apprécié lors du récent congrès de La Rochelle, l’atelier d’autohypnose d’Elise Lelarge et Edith Haméon-Bézard a donné lieu à ce texte qui en exprime l’essence. Grâce aux nombreuses études scientifiques, le bénéfice de la pratique quotidienne de l’autohypnose en douleur chronique n’est plus à démontrer. Comment apprendre aux patients à s’approprier suffisamment l’« outil » hypnotique pour une pratique aussi sécure qu’autonome à la maison ?  

Mieux vivre avec un cancer. Le rôle de l'hypnose. David OGEZ
Lentement, l’hypnose trouve sa place en cancérologie. David Ogez en présente une application originale : la prise en charge de l’après-annonce. Si le développement des approches chirurgicale, oncologique et radiothérapeutique permet aux traitements des maladies cancéreuses d’évoluer significativement, que la souffrance psychologique soit reconnue, et de ce fait, que la qualité de vie des patients soit prise en compte par l’essor de la psycho-oncologie, il n’en reste pas moins que le terme « cancer » génère autant d’incertitude que par le passé. En effet, il apparaît que, dans l’inconscient collectif, l’association automatique entre les notions de mortalité et de cancer représente une suggestion anxiogène complexe qui altère le bien-être du patient. 

Concordanse. Thérapie conjugale ondulatoire. Frédéric BERBEN
Considérer l’individu qui constitue, avec son partenaire, le couple, est un fondement original pour envisager la thérapie conjugale comme une danse où l’hypnose suscite un accordage créatif. « Je me lève et je te bouscule, tu n’te réveilles pas, comme d’habitude, sur toi je remonte le drap, j’ai peur que tu aies froid, comme d’habitude, ma main caresse tes cheveux, presque malgré moi, comme d’habitude, mais toi tu me tournes le dos, comme d’habitude… ».   

Face à un déficit en hormone de croissance. Marie Clotilde WURZ DE BAETS
La pratique de l’hypnose s’aventure dans de nouveaux chemins pour activer les ressources nécessaires pour faire face à la période de crise que représente, après une naissance, la découverte d’une maladie grave. Pour aider l’enfant comme les parents.Il était une fois dans mon histoire personnelle. Ou plutôt il était plusieurs fois dans mon histoire personnelle et professionnelle : des temps, des lieux, des moments où les contes se sont invités.   

Hypno-philo: Ethiques de la coopération. Dr Thierry Servillat
Ce livre n’est pas à proprement parler de la philosophie. Richard Sennett est professeur de sociologie à New York et à la London School of Economics. Retraité, il prend le temps de compléter et terminer son oeuvre. Influencé par Michel Foucault, il a travaillé sur de nombreux sujets, dont, dernièrement, la question des compétences dont les gens ont besoin dans leur vie quotidienne. En commençant par celles requises dans l’artisanat, inspirant l’opus traité lors de notre dernier Hypnophilo.   

“Vous pouvez compter sur moi ”. Dr Stefano COLOMBO Quiprocquo, Malentendu et Incommunicabilité 34
“ Vous pouvez compter sur moi ”.Voilà une phrase que le thérapeute est souvent tenté de prononcer. Elle est rassurante, presqu’une garantie. Elle a le parfum de la signature d’un contrat.Un contrat ? Un contrat prévoit la signature des deux parties. Alors ? Est-ce que le patient est aussitôt prêt à déclarer que le thérapeute peut compter sur lui ? Pas si sûr.

Suggestif, magnétique, sportif, et surtout réparateur... Pr Antoine Bioy
Pour commencer cette rubrique, posons- nous la question de savoir si le fameux « Dormez, je le veux ! » n’était pas si absurde ? Cordi et coll. (2014) montrent en effet que des suggestions pré-repos reçues en état hypnotique améliorent de façon significative la durée du sommeil. Très exactement, il s’agit du sommeil lent profond, impliqué dans l’amélioration de la plasticité cérébrale, et des capacités de restauration du corps (stimulation des défenses immunitaires…)

Ici et ailleurs. Transes et mots d'est et d'ouest. Christine GUILLOUX
Troisième édition, du 6 au 8 février 2014, à Paris, pour ce colloque «Hypnose d’ici, Hypnose d’ailleurs» de l’Association Thérapies d’ici et d’ailleurs. Spécialistes internationaux en provenance des Amériques comme de la Russie, des Indes comme de la Suisse, et de diverses régions de France, médecins, psychologues, neuroscientifiques, sont intervenus autant comme conférenciers que comme animateurs d’ateliers tant dans le traitement de la douleur, du stress post-traumatique, de la gestion des émotions, de l’apport des neurosciences…  

Jeunesse et hypnose médicale. Stéphane RADOYKOV 
Les ferments d'Hypnocrate. Être médecin, ça veut dire quoi ? Tu verras quand tu seras grand. D’accord, mais c’est quoi alors être un bon médecin ? Tu verras cela en temps voulu. Et un mauvais médecin, qu’est-ce que c’est ? En serai-je un ? Et puis qu’est-ce que je fais là autour de toute cette souffrance ?  

Laurent GROSS
Formateur en Hypnose Médicale, Ericksonienne et EMDR - IMO au Collège d'Hypnose et Thérapies... En savoir plus sur cet auteur


Rédigé le 11/11/2016 à 23:00 | Lu 522 fois | 0 commentaire(s) modifié le 12/09/2017





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Hypnothérapeutes | Livres et Revue Hypnose & Thérapies Brèves | De l'Hypnose et des Thérapies Brèves, EMDR, IMO