Hypnothérapie
Hypnose Thérapeutique, Thérapies Brèves Orientées Solution, EMDR: écrits et avis d'hypnothérapeutes professionnels de santé de Paris, Marseille, Bordeaux et d'ailleurs



Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, Formation en EMDR, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille, Bordeaux, Nancy

Clémentine et la chaleur qui fait fondre la plaque. Sophie COHEN, Revue Hypnose & Thérapies Brèves n°65




C’est la naissance d’une nouvelle rubrique. J’aurai plaisir à vous retrouver numéro après numéro pour vous faire partager l’espace d’une consultation.

Je vous décris brièvement le contexte de la première séance, où je fais connaissance avec Clémentine. Et c’est la deuxième séance que je vous propose de partager. Lors de la première consultation, Clémentine me raconte très peu son accident survenu lors d’un spectacle. Cette jeune artiste est tombée et notamment sur la tête. Elle a été transportée à l’hôpital où il lui a été fait quelques points de suture sur l’arcade sourcilière et sur le crâne. Lors des examens un infirmier l’accompagne en hypnose sur une plage, Clémentine l’arrête et lui dit : « je vais vous emmener sur une plage comme je la vois ». Elle a souhaité ressortir de l’hôpital sans plus d’investigations. Elle a signé une décharge.

Lorsque je la vois lors de la première con - sultation, elle a le visage tuméfié, avec des hématomes. Elle dit avoir mal « dans son corps ». Elle a chuté d’une certaine hauteur sur un objet dur et contendant. Je fais une séance d’hypnose très « ré-associative » debout de façon à ce que Clémentine prenne soin de son corps, sente les sensations et notamment les besoins de repos, les pressions, et prenne les positions les plus adaptées. Après la séance, les hématomes du visage ont visiblement diminué et le visage est dégonflé. Clémentine dont les doigts de la main gauche avaient du mal à plier, peut les plier complètement. Les résultats sont époustouflants. Nous enchaînons avec une deuxième séance où elle se relie aux forces et à la nature : les arbres, l’eau, le ciel, les animaux. Clémentine est très sensible à la beauté de ce qui l’entoure. Je revois Clémentine une vingtaine de jours plus tard. Lorsque je lui ouvre la porte, je note que Clémentine, artiste circassienne et danseuse entre autres activités, a visiblement du mal à marcher. Elle pose les pieds sur le sol difficilement avec une démarche très lente. On constate que chaque pas est non seulement un effort, mais semble être un véritable supplice.
- Sophie : « Bonjour Clémentine ! En quoi puis-je vous être utile ?
- Clémentine : J’ai traversé des jours très douloureux. Il m’était impossible de faire quoi que ce soit. Je dormais. J’ai beaucoup dormi, j’ai senti que c’était vraiment ce qui était juste. J’ai peur d’être handicapée. De le rester. Je suis terrorisée.

- S. : Où se situent précisément les douleurs ?
- C. : C’est fluctuant. Les douleurs bougent dans le corps. Parfois ce sont mes épaules dont j’ai la sensation qu’elles sont brisées. Parfois les pieds, les chevilles, le crâne.
- S. : Pouvez-vous me décrire ce que vous ressentez avec précision ?
- C. : C’est comme si mes chevilles allaient casser, enserrées dans des bottes métalliques trop petites.
- S. : Et le crâne ?... » Clémentine désigne une zone de son visage qui part du dessous de l’oeil et remonte comme un triangle sur le cuir chevelu. Je sens une zone dure, un hématome. Avant c’était toute la partie gauche, comme si une plaque de métal d’environ 5 millimètres d’épaisseur était logée là. Depuis quelque temps, la plaque a diminué. Il faut vous dire que, par ailleurs, Clémentine est invitée à se produire fin novembre dans un festival qui l’a repérée. C’est un enjeu important pour elle. Vu son état actuel, elle ne peut l’envisager. Je l’invite à poser la tête par terre au cabinet pour qu’elle décrive avec précision les sensations qu’elle ressent. Nous allons utiliser les ressentis pour les transformer. Le lien thérapeutique entre nous est fort. Je propose …


Pour lire la suite de l’article et commander la Revue Hypnose & Thérapies Brèves n°65


SOPHIE COHEN Psychologue, pratique l’hypnose depuis plus de vingt ans. Intervient dans de nombreux instituts ou diplômes universitaires en France et à l’étranger. Directrice de l’iconographie de la revue « Hypnose & Thérapies brèves ».

Revue Hypnose & Thérapies Brèves n°65

. Julien Betbèze, rédacteur en chef, éditorial : « Créer des liens »

. Jean-Marc Benhaiem nous invite à ne pas nous focaliser sur le symptôme mis en avant dans la demande thérapeutique : il s’agit plutôt de chercher à mobiliser l’énergie bloquée dans d’autres symptômes apparemment secondaires, et ainsi de désorganiser les rigidités pathologiques et amener le changement. Une clinique pleine de sagesse !

. Sophie Tournouër utilise le questionnement centré solution pour défaire les addictions sexuelles conjuguées à la prise de produits psychoactifs. Le déroulé du verbatim nous permet de saisir la logique interne aidant les individus à se libérer de cette pratique asservissante du « chemsex ».

. Mady Faucoup Gatineau nous prend par la main pour rencontrer Théo, un rebelle de 5 ans qui fait sa loi et sème la zizanie dans la famille. Nous découvrons l’utilité de la TLMR (thérapie du lien et des mondes relationnels) pour construire un cadre familial sécure dans lequel chacun va pouvoir retrouver sa place.

Dossier thématique : Histoires et métaphores
. Alicia Mangeot nous raconte des métaphores « sur mesure », favorisant ainsi des changements de comportement en rapport avec les intentions relationnelles des patients. Elle nous donne plusieurs exemples d’utilisation stratégique de métaphores (bibliothèque, cercles relationnels, mille-pattes) favorisant la coopération dans la séance, et la réalisation des tâches indirectement proposées.

. Virginie Serrière exprime une grande finesse dans son appropriation du questionnement narratif : à travers l’animation d’ateliers d’écriture, elle témoigne de la possibilité pour chacun de redevenir auteur de sa vie.

. Marie-Clotilde Wurz-de Baets nous montre sa créativité dans l’utilisation du langage métaphorique pour induire une transe de réassociation chez une jeune femme confuse après une rupture sentimentale.

. Espace douleur douceur
. Gérard Ostermann, éditorial : « Autour de la douleur »

. Stéphane Graf nous montre l’importance de ne pas se focaliser sur le symptôme mis en avant dans la plainte, mais d’intégrer la douleur dans l’unité corporelle.

. Stéphanie Delacour, dans un cas de dyspareunie, met aussi en évidence la pertinence de ne pas centrer la thérapie sur le symptôme, et de percevoir le lien entre la douleur et la rupture d’homéostasie. Grâce à sa prise en charge et à la remise en place de compétences émotionnelles et relationnelles, la patiente va retrouver une vie plus sécure avec une nouvelle relation à son corps.Dans cette période de sortie de la Covid, où les salles obscures se remplissent à nouveau, Sophie-Isabelle Martin et David Simon revisitent pour nous la technique de la salle de cinéma pour travailler avec des patients douloureux ayant très peu de protection. Les interactions sont très bien décrites, avec les multi-dissociations permettant de travailler en sécurité. Un exemple clinique illustre cette pratique avec pédagogie pour que chacun puisse s’approprier cette technique.

. Sophie Cohen expose un cas de bruxisme lié à des croyances limitantes autour des combats de la vie. Après une régression en âge, la patiente pourra retrouver son regard émerveillé de petite fille devant la photo d’une forêt et retrouver ainsi calme intérieur et détente.

. Christine Allary nous emmène en mission humanitaire et nous fait partager la conduite d’une séance d’hypnose faite en traduction simultanée avec le chirurgien. Elle décrit avec précision les effets de cette technique novatrice et fédératrice pour les participants.

. Serge Sirvain décrit une situation clinique émouvante dans laquelle il est amené à mettre en place une sédation terminale chez une patiente de 93 ans atteinte d’une tumeur digestive invasive. Il explique comment la position de non-savoir et l’imaginaire partagé autour d’une métaphore culinaire vont accompagner un endormissement terminal apaisé et en relation.

Et nos rubriques
. Nicolas D’Inca : culture monde « Une perceptude venue du désert ».
. Adrian Chaboche : Les champs du possible « Un lâcher de ballon bien étrange ».
. Sophie Cohen, nouvelle rubrique : bonjour et après « Clémentine et la chaleur qui fait fondre la plaque ».
. Stefano Colombo et Muhuc : Quiproquo… « Métaphores »

Crédit Photo: © Caroline Manière



Rédigé le 02/02/2023 à 19:17 | Lu 4841 fois | 0 commentaire(s) modifié le 02/02/2023


Tags : Sophie COHEN



Laurent GROSS
- Formateur en Hypnose Médicale, Ericksonienne et EMDR - IMO au CHTIP Collège Hypnose Thérapies... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :

Rédacteurs web de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves | Abstracts de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves | De l'Hypnose et des Thérapies Brèves, EMDR, IMO | Formations Hypnose, EMDR et Thérapie Brève | Colloques Webinaires & Supervisions





Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy






EMDR - IMO en France, de Paris à Marseille. Intégration des Mouvements Oculaires en thérapie. Thérapeutes et Formation en EMDR