Hypnothérapie

Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille

Laurent GROSS, Hypnothérapeute, EMDR, IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Paris 11

Florent HAMON, Hypnothérapeute, Thérapeute EMDR à Paris.

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute, EMDR - IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Marseille

Valérie TOUATI-GROSS, Hypnose Thérapeutique, EMDR - IMO, Thérapies Brèves et Ostéopathie à Paris 11 et 12

Dr Philippe AÏM, Psychiatre, Hypnothérapeute, Thérapies Brèves Orientées Solution. Paris

Mariline MORCILLO, Hypnothérapeute et Infirmière sur Marseille et Paris

Théo CHAUMEIL, Kinésithérapeute et Praticien en Hypnose. Chargé de Formation à Paris et Marseille

Sophie TOURNOUËR, Hypnothérapeute, Psychologue clinicienne et Thérapeute Familiale

Algodystrophie ou les larmes du corps


La maladie n'est-elle pas là pour nous guérir?
Avec les Drs Etienne LAJOUS et Géraldine FRANZETTI
Revue Hypnose & Thérapies Brèves, Hors-Série n°3.



Cette affection fréquente, connue depuis 1864, a depuis lors pris différents noms : causalgie (1854), atrophie osseuse aiguë (1900), atrophie de Sudeck, ostéotrophie, ostéoporose post-traumatique (1933), causalgie mineure (1940), syndrome épaule-main (1947), dystrophie sympathique réflexe (1947), douleur entretenue par le sympathique (1987) …

Cette multiplicité d’appellation évoque les difficultés de compréhension de cette pathologie, des mécanismes mis en jeu et de son traitement. Depuis 1994, une réunion d’experts de l’Association Internationale pour l'Etude de la Douleur, a proposé une nouvelle taxonomie qui fait aujourd’hui référence. Ce groupe d’experts a différencié 2 types de tableaux cliniques sous le vocable de Syndrome Douloureux Régional Complexe Type I (anciennement algodystrophie), et Syndrome Douloureux Régional Complexe Type II (anciennement causalgie).

Le terme actuel de Syndrome Douloureux Régional Complexe désigne une symptomatologie régionale souvent limitée à une articulation mais qui peut diffuser aux articulations voisines. La qualification de complexe en dit long sur les mécanismes physiopathologiques qui sous-tendent cette définition, mais aussi a toutes les interactions émotionnelles et cognitivo- comportementales. La localisation essentiellement régionale de cette affection (une main, un pied, le genou, le membre supérieur ou inférieur…) ne préjuge pas de l’ensemble des modifications observées dans la totalité du système nerveux central. Une modification du schéma corporel est mise en évidence par les explorations modernes telles que l’I.R.M. fonctionnelle. La guérison de ce syndrome entraîne la normalisation des modifications cérébrales observées.

Dans le Type I la lésion n’intéresse que le tissu osseux, musculaire, conjonctif ou ligamentaire alors que dans le Type II on retrouve une lésion neurologique sensitive qui en fait la gravité car celle-ci est définitive et peut entraîner des séquelles. Le SDRC survient généralement après un événement traumatique initial parfois minime (entorse, fracture, acte chirurgical, etc..) avec des conséquences souvent disproportionnées par rapport à la gravité du traumatisme. Parfois mais rarement, on ne retrouve pas d’étiologie traumatique mais des causes purement médicales (AVC, infarctus du myocarde, certains traitements tels que la cyclosporine, les barbituriques etc. .. ont été incriminés). Sur le plan clinique, va se développer une douleur continue, souvent nocturne, s’accompagnant d’un oedème régional avec modification de la vascularisation cutanée, et de la coloration cutanée, d’une hypersudation dans la zone douloureuse ; ce qui a pour conséquence une impotence fonctionnelle. Toutes les articulations peuvent être touchées, cependant la main, le pied et le genou sont le plus souvent en cause. Une extension aux articulations voisines en cas d’évolution est fréquente (par ex syndrome épaule-main, extension au genou et à la hanche lors d’une lésion du pied).

Ce SDRC survient généralement entre 30 et 70 ans, préférentiellement chez les femmes. Cependant les enfants et les personnes plus âgées peuvent être affectés également. Cette nouvelle taxonomie, utile pour le diagnostic et les traitements antalgiques conventionnels, a peu d’intérêt pour une prise en charge par l’hypnose et les thérapies brèves. En effet, l’hypnose ne s’adresse pas aux mécanismes physiopathologiques, mais aux représentations de la maladie et au sens qui leur sera donné.

ÉVOLUTION

L’évolution des SDRC se fait classiquement en 3 phases. Une phase dite chaude : la douleur apparaît 3 à 4 semaines après le traumatisme initial (le patient la différencie très nettement de la douleur initiale), le membre devient douloureux, chaud, oedématié, moite avec des sensations de brûlure, d’allodynie faisant, souvent, craindre au niveau du membre inférieur à une phlébite. Un stade dystrophique du 3ème mois au 6ème mois (cas de Mme X) : la douleur s’étend à tout le membre et s’accompagne d’une limitation des mouvements avec une raideur articulaire. Une ostéoporose et une atrophie musculaire sont habituellement retrouvées. Les patients consultent généralement à ce stade. Un stade atrophique (phase froide : cas de Mr Y) apparaissant après six mois surtout si l’affection est restée sans traitement. La douleur reste présente mais peut s’atténuer ; cependant l’impotence fonctionnelle peut devenir majeure et le symptôme le plus gênant (raideur articulaire). La peau est froide, les muscles sous-jacents atrophiés. A ce stade, il faut craindre des lésions irréversibles séquellaires.

DIAGNOSTIC

Bien que le diagnostic médical soit cliniquement facile à poser, en particulier après un traumatisme, les algodystrophies sont souvent méconnues. En effet, la douleur est souvent mise sur le compte du traumatisme initial ou une faute médicale et retardant ainsi le traitement du SDRC. Ces patients sont souvent adressés par leur kinésithérapeute.

LE SYSTÈME NERVEUX SYMPATHIQUE

Depuis longtemps sa mise en jeu est suspectée. Notre système nerveux comporte deux entités parfaitement reliées. Un système conscient qui permet par nos 5 sens (vision, odorat, audition, goût, kinesthésie) de recevoir les informations de notre environnement extérieur et par la motricité de nous adapter. Un système nerveux dit autonome, indépendant de notre volonté et de notre conscience, se divise en système nerveux sympathique et parasympathique. Son équilibre, telle une balance assure l’homéostasie et donc l’équilibre du milieu intérieur. Le système nerveux sympathique est le système d’alerte. Il régit de nombreuses activités physiologiques liées aux efforts et les situations particulières telles que le stress, l’anxiété, la douleur. C’est lui qui accélère les battements cardiaques, provoque la sudation, permet les ajustements de la tension artérielle et la régulation des sécrétions hormonales glandulaires (systèmes neuroendocriniens), diminue l’activité digestive. Il est associé à l’activité de deux neurotransmetteurs : la noradrénaline et l’adrénaline. Son organisation est en lien avec les centres supérieurs du système nerveux central : réticulée, thalamus, système limbique, néocortex largement impliqués dans les phénomènes émotionnels et de mémorisation. Comme de nombreux mécanismes physiologiques il est en équilibre avec un autre système antagoniste : le système nerveux parasympathique. Celui-ci a un rôle de protection. Il ralentit le cœur, diminue la tension et la fréquence respiratoire. Il préserve l’énergie. Seule la fonction digestive et l’appétit sexuel sont favorisés. Il est associé à un neurotransmetteur : l’acétylcholine. Dans notre mode de vie occidental, nous utilisons beaucoup le système sympathique.

Un déséquilibre de ce système (par exemple lors d’un traumatisme, d’un état de stress, de douleur qui persiste) va mettre en jeu toute une chaîne de réactions organisant des mécanismes de défense et d’adaptation immédiats en lien direct avec la mémorisation de tous les apprentissages (expériences) et des réactions émotionnelles (le vécu). Si le système nerveux sympathique est indispensable pour l’équilibre intérieur, il devient moins sympathique lorsqu’il devient dysfonctionnel, c’est-à-dire lorsque son action persiste. Il peut engendrer des symptômes fonctionnels tels que de la douleur ou d’autres troubles (digestif, cutané, cardiaque, etc ) c’est-à- dire sans anomalie organique. On parlera alors de troubles psychosomatiques.

DR ETIENNE LAJOUS Anesthésiste réanimateur, fondateur de la consultation douleur de la clinique du parc Toulouse, formé en hypnose en 2000 sous l'égide de l'Institut Milton H. Erickson d'Avignon-Provence.

DR GÉRALDINE FRANZETTI Médecin généraliste, algologue, sexologue, formée en hypnose en 2001 sous l'égide de l'Institut Milton H. Erickson d'Avignon-Provence.







Approche intégrative du syndrome algoneurodystrophique post-traumatique. Laurent GROSS au Congrès Hypnose et Douleur St Malo 2016

Algoneurodystrophie...

Travailler avec un patient présentant un syndrome algoneurodystrophique post-traumatique est souvent perçu comme une gageure, même pour les praticiens expérimentés…

Mais ici plus qu’ailleurs, l’approche intégrative prend tout son sens.Ici plus qu’ailleurs encore, nous ne pouvons travailler qu’avec une approche intégrant le Corps dans l’Esprit et l’Esprit dans le Corps, ne pouvons que devenir des psycho-corpo-thérapeutes.

Lorsqu’un psychotraumatisme survient, on peut penser que le souvenir traumatique n’est pas intégré dans la mémoire autobiographique, ce qui pourrait expliquer les phénomènes de Flash Back. Le travail avec les Mouvements Oculaires (EMDR - IMO, HTSMA, MATHS etc…), en évoquant le trauma dans un contexte secure (comme en hypnose), serait une approche de choix. Les Mouvements Oculaires sont connus comme inductions et approfondissement de transe hypnotique depuis plus de deux siècles, et n’auraient jamais dû quitter le monde de l’hypnose !

Focalisation, dissociation, distorsion du temps, absorption, recadrage, sont des ingrédients tout à fait communs à l’hypnose et aux techniques des mouvements oculaires.

Lire la suite de la conférence du Congrès...



Rédigé le 18/07/2018 à 16:20 | Lu 569 fois | 1 commentaire(s) modifié le 18/07/2018





Laurent GROSS
Formateur en Hypnose Médicale, Ericksonienne et EMDR - IMO au Collège d'Hypnose et Thérapies... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Corine Cliquet le 31/08/2018 12:48
Bonjour,

Je me permets de vous contacter afin de vous faire connaître une association Nationale qui défend la reconnaissance du SDRC, nous sommes reconnus d’intérêt général

Tout d’abord, permettez-moi de me présenter :

• Infirmière de formation avec un DU d’éducation thérapeutique du patient
• Patiente experte sur le SDRC (syndrome douloureux régional complexe ou algodystrophie & algoneurodystrophie)
• Présidente de l’association Thera Wanka, association reconnue d’intérêt général, loi 1901, association de patients atteints du SDRC, nous nous battons pour la reconnaissance de notre syndrome. Notre association est basée sur Valence (Drôme), mais elle est Nationale
• Patiente-formatrice, consultante, conseillère en santé : j’interviens déjà dans les IFSI, écoles de santé, membre de jury VAE. Je mets en place pour les professionnels : une formation sur le SDRC et pour les patients : des formations sous forme d’ateliers. J’alerte sur le fait qu’il faut travailler avec les associations de patients, j’explique aussi l’intérêt des patients experts (nous ne sommes pas là pour soigner, mais nous faisons souvent tampon entre les professionnels de santé et les patients.

L’association existe depuis 2012, elle est nationale, nous commençons à constituer un comité scientifique (nous avons une fondation Américaine derrière nous, elle est spécialisée dans le RDS)
Nous sommes les premiers à avoir mis un questionnaire de 90 questions sur le SDRC, ce dernier englobe tout : traitement, douleurs……Nous commençons à donner les statistiques que vous trouverez sur le site, et ils démontrent bien les gros soucis que nous avons en tant que patients atteints du syndrome, qui je le rappel est différent de pathologie, par conséquent nous n’en guérissons pas, les statistiques le démontrent bien. La non reconnaissance de ce syndrome laisse beaucoup de patients sans aucune ressource, car il ne faut pas oublier que chez certains patients le SDRC peut se propager dans tout le corps

La présidente de la fédération d'association Thera wanka
Corine Cliquet

Nouveau commentaire :

Rédacteurs web de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves | Abstracts de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves | De l'Hypnose et des Thérapies Brèves, EMDR, IMO | Formations Hypnose, EMDR et Thérapie Brève | Colloques





Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy



Collège d'Hypnose : Que nous dit la notion du Narcissisme chez Sigmund Freud ? Par Valérie Travers https://t.co/KNfMiS4uoU
Vendredi 16 Novembre - 19:29
Collège d'Hypnose : Revue Hypnose & Thérapies Brèves 50 Hypnose & Thérapies Brèves, Revue N°50 Août, Septembre, Octobre 2018… https://t.co/lWQMpOSN0l
Mardi 13 Novembre - 11:33
Collège d'Hypnose : Approche intégrative du psychotraumatisme, Hypnose et mouvements oculaires de type EMDR-IMO https://t.co/WOmNX1HiOJ
Mardi 13 Novembre - 01:06
Collège d'Hypnose : Formation en EMDR-IMO à Marseille. https://t.co/dl0vwfBwpM
Dimanche 11 Novembre - 00:52
Collège d'Hypnose : Hypnoscopie Octobre 2018 - Actualités en Hypnose Médicale https://t.co/jQz5Bqh51i
Mardi 6 Novembre - 01:08
Collège d'Hypnose : Revue Hypnose & Thérapies Brèves 50 Hypnose & Thérapies Brèves, Revue N°50 Août, Septembre, Octobre 2018… https://t.co/su0YGgum6p
Mercredi 31 Octobre - 13:33
Collège d'Hypnose : hypnose_hypnose | Formation en Autohypnose pour l'autonomie du patient et le confort du praticien Durée: 2 jours Da… https://t.co/h3CI2EPBs2
Mercredi 17 Octobre - 22:18



EMDR - IMO en France, de Paris à Marseille en passant par Nancy. Intégration des Mouvements Oculaires en thérapie. Thérapeutes et Formation