Hypnothérapie

Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille

Laurent GROSS, Hypnothérapeute, EMDR, IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Paris 11

Florent HAMON, Hypnothérapeute, Thérapeute EMDR à Paris.

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute, EMDR - IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Marseille

Valérie TOUATI-GROSS, Hypnose Thérapeutique, EMDR - IMO, Thérapies Brèves et Ostéopathie à Paris 11 et 12

Dr Philippe AÏM, Psychiatre, Hypnothérapeute, Thérapies Brèves Orientées Solution. Paris

Sophie TOURNOUËR, Hypnothérapeute, Psychologue clinicienne et Thérapeute Familiale

Mariline MORCILLO, Hypnothérapeute et Infirmière sur Marseille et Paris

Théo CHAUMEIL, Kinésithérapeute et Praticien en Hypnose. Chargé de Formation à Paris et Marseille

Troubles mentaux: le monde selon DSM.


Un réductionnisme en marche
Par le Pr Maurice Corcos, Professeur de psychiatrie infanto-juvénile Paris 5 René Descartes, Chef de Service du Département de Psychiatrie de l’Adolescent et du Jeune Adulte, Institut Mutualiste Montsouris. Docteur en Psychologie. Psychanalyste
Revue Hypnose & Thérapies Brèves, Hors-Série n°6



Troubles mentaux: le monde selon DSM.
Les simplifications et les limitations qu’a introduit le DSM, manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, d’abord aux États-Unis puis en Europe, dans l’évolution des concepts et des pratiques, dans l’organisation des dispositifs de prévention ou de soins et par là, en définitive, dans la politique de santé, sont majeures. Comme toute tentative scientifique qui doit toujours, pour appréhender le vivant, penser classer, le système DSM a sa légitimité, mais à condition de respecter des limites. Dont celle qui est que classer vient après penser, et non l’inverse.

Le DSM a réintroduit, en effet, un système explicatif où des liens directs sont établis entre les expressions cliniques et les dysfonctionnements supposés du système nerveux. Avec le DSM, les fondements du trouble mental s’inscrivent alors de façon dominante, voire exclusive, au plan neurobiologique : les facteurs d’environnement se trouvent réduits à l’événementiel ou au stress : ils ne pourraient alors jouer qu’un rôle secondaire. Il y a évidemment des vulnérabilités biologiques et des traumatismes précoces, durables, et violents qui compromettent gravement le futur de quelqu’un. Mais il existe toujours des facteurs de résilience, qui sont eux plus difficiles à appréhender. Ceux-là et la question plus vaste des ressources internes, des autoérotismes et de leur impact sur la mobilité psychique sont totalement éludés par le système DSM.

C’est en suivant le patient longtemps que l’on comprend comment il réagit, se mobilise, se rétracte, se retire, se retranche. Car l’Homme, in fine, n’a rien de définitif ! Le système DSM ne cherche pas à étudier le film de l’histoire, il n’examine que les photos.

L’effort d’objectivation et de quantification réalisé par le DSM fait apparaître, en filigrane, l’influence de normes sociétales devenues dominantes : vis-à-vis du sujet réputé normal, le malade mental apparaît, par un côté, comme une menace, par un autre, comme un perdant. Selon ces orientations, les critères établis sont pour le clinicien un répertoire obligé et « donné du dehors » qu’il doit appliquer en suivant un « arbre de décision » qui mène, immanquablement, au diagnostic, sans qu’une alternative soit laissée qui permettrait d’apprécier la singularité du cas. Avec le DSM, on entre ou non dans le cadre...

En réalité, la catégorisation établie de cette manière n’est pas discriminante ; elle ne permet même pas de marquer l’écart entre les manifestations qui caractérisent les pathologies avérées et des expressions que l’on peut rencontrer dans le cours du développement normal (anxiété, humeurs, retard, incivilités, etc.) puisque celles-ci se retrouvent incluses parmi « les troubles ».

Dans ces conditions, un sujet se trouve souvent concerné par des critères appartenant à deux ou plusieurs catégories du DSM : en pareil cas, plutôt que de s’interroger sur la façon dont les multiples manifestations peuvent s’articuler afin de donner éventuellement corps à un ensemble significatif, le clinicien soumis aux règles du DSM se borne à juxtaposer des catégories en arguant d’une « comorbidité ».

Commandez ce numéro Hors-Série n°6 de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves: Milton ERICKSON

Version papier épuisée de ce numéro, la version PDF est fournie à la place

Il s’ouvre avec un double éditorial où Patrick Bellet évoque l’apport du Sage de Phœnix comme celle d’ « Un nouveau Copernic »,
puis Thierry Servillat s’imagine écrire une curieuse lettre à Milton, le maître de « L’art de la joie ».
Roxanna Erickson-Klein livre un texte inédit : « Mon père »,
puis Dominique Megglé, biographe attitré, relit à la lumière de notre époque la vie de « Milton Hyland Erickson., le conquérant immobile ».
Jeffrey Zeig, président de la Fondation Erickson, avec un détaillé « Abécédaire des postures éricksoniennes », nous fait percevoir l’essence de cette approche thérapeutique si peu théorisable.
Patrick Bellet traite ensuite, en nous étonnant, « De la nature végétale de l’hypnose ».
L’ « Erickson’s Touch. Quintessence hypnotique » est détaillée par Richard Van Dyck,
avant que Michel Kerouac envisage Milton H. Erickson comme « Un artiste sauveteur. Comme un visionnaire inouï ».
A l’instar d’Erickson qui s’est affranchi de carcans théoriques, il convient avec Maurice Corcos de considérer avec un bel esprit critique ce nouvel ordre mondial psychiatrique qu’est le DSM !

Pour acheter ce numéro de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves à l’unité, ou vous abonner, cliquez ici




Rédigé le 03/08/2018 à 01:22 | Lu 129 fois | 0 commentaire(s) modifié le 03/08/2018





Sophie Tournouër, Psychologue clinicienne, Hypnothérapeute et Thérapeute Familiale. praticienne... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :

Rédacteurs web de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves | Abstracts de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves | De l'Hypnose et des Thérapies Brèves, EMDR, IMO | Formations Hypnose, EMDR et Thérapie Brève | Colloques





Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy



Collège d'Hypnose : Addictions, vous avez dit addictions ? Sophie COHEN Editorial... La thématique des addictions est centrale et récur… https://t.co/Qbi3UrRpSn
Dimanche 19 Janvier - 00:02
Collège d'Hypnose : Pédiatrie, dans un bloc opératoire. Souffleuse de rêves... Je vais ici vous raconter l’entrée de l’hypnose dans un… https://t.co/z4KM5Bcoap
Mercredi 15 Janvier - 01:02
Collège d'Hypnose : Une conteuse au bloc opératoire. Conte métaphorique en anesthésie. Nos réalités individuelles sont nos « histoires… https://t.co/60mvSKMC02
Mardi 14 Janvier - 21:02
Collège d'Hypnose : Curiethérapie. Les secrets de l’hypnose dévoilés par l’hypnoanalgésie. L’hypnosédation pour curiethérapie de prosta… https://t.co/yJcWRZJ0Zk
Lundi 13 Janvier - 18:17
Collège d'Hypnose : Soins dentaires chez l’enfant. La douleur comme alliée ? Lorsqu’il est question de dents, la douleur y est souvent… https://t.co/vCn3vxl9LV
Lundi 13 Janvier - 17:17
Collège d'Hypnose : L’hypnose périopératoire L’hypnose périopératoire peut être utilisée seule, ou en complément à une anesthésie local… https://t.co/jjdNo20FWf
Lundi 13 Janvier - 16:17
Collège d'Hypnose : Gant analgésique. Une technique de protection au pouvoir «magique» L’utilisation d’une technique hypnotique locale… https://t.co/7DuvKXp6aa
Lundi 13 Janvier - 16:17



EMDR - IMO en France, de Paris à Marseille en passant par Nancy. Intégration des Mouvements Oculaires en thérapie. Thérapeutes et Formation