Hypnothérapie

Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille

Laurent GROSS, Hypnothérapeute, EMDR - IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Paris 11

Florent HAMON, Hypnothérapeute, Thérapeute EMDR à Paris.

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute, EMDR - IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Marseille

Valérie TOUATI-GROSS, Hypnose Thérapeutique, EMDR - IMO, Thérapies Brèves et Ostéopathie à Paris 11 et 12

Dr Philippe AÏM, Psychiatre, Hypnothérapeute, Thérapies Brèves Orientées Solution. Paris

Mariline MORCILLO, Hypnothérapeute et Infirmière sur Marseille et Paris

Théo CHAUMEIL, Kinésithérapeute et Praticien en Hypnose. Chargé de Formation à Paris et Marseille

Sophie TOURNOUËR, Hypnothérapeute, Psychologue clinicienne et Thérapeute Familiale

Psychologie et thérapie: échanges inspirés. Dr Dominique Megglé


Revue Hypnose & Thérapies Brèves, Hors-Série n°2
Par le Dr Dominique MEGGLÉ, Psychiatre, Institut Milton H. Erickson Méditerranée de Toulon-Marseille



Psychologie et thérapie: échanges inspirés. Dr Dominique Megglé
Plus j’avance dans les années de pratique, moins je vois à quoi la psychologie pourrait servir en thérapie et plus je crois qu’elle constitue un sérieux handicap pour le thérapeute, donc une perte de chance pour le patient.

Classer une situation vivante dans une catégorie théorique bloque tout mouvement, toute évolution (Villien). Donc, la psychologie empêche la guérison. Laissons de côté son absence totale de base épistémologique sérieuse, sujet déjà traité ailleurs. A partir du moment où, avec les mêmes outils de communication, ceux de l’hypnose, nous sommes capables de traiter aussi bien une douleur physique que morale, je ne vois plus bien ni la place ni l’intérêt de la psychologie.

PSYCHOLOGIE ET THÉRAPIE

Le terme « psychothérapie » est devenu obsolète. Le mot « thérapie » suffit. Il est suffisamment vague pour nous permettre de rester modestes, donc efficaces. Quand on demandait à Erickson si ce qu’il faisait était une authentique activité de soins, il répondait : « Oui, mais ni le patient ni le thérapeute ne sont absolument obligés de le savoir. » Il me semble qu’à sa suite, nous devrions revendiquer de ne pas toujours savoir ce que nous faisons. Nous devrions revendiquer d’être des spécialistes de l’effet placebo. De plus, analyser la problématique psychologique d’un patient suivant les termes d’une théorie est facile. Même l’imbécile trouve ainsi toujours quelque chose de complexe et d’impossible à traiter, et derrière sa découverte, il peut encore trouver quelque chose d’encore plus complexe et d’impossible à traiter. Il lui suffit de remonter dans le temps et de se fier à sa grille. Ce faisant, il n’est pas dérangé, il se trouve intelligent, il est content de lui quand il rentre chez lui le soir. S’il travaille en libéral, il garde la même trentaine de patients toute sa vie, il est parfois un peu déprimé. Il a réussi à éviter l’échange vivant et vrai entre êtres humains. Voilà tout l’intérêt de la psychologie théorique pour le praticien : il n’est pas mince.

LA PSYCHANALYSE

 Actuellement, la psychanalyse se révèle pour ce qu’elle est dans l’histoire de la pensée : une parenthèse. Cette parenthèse est en train de se refermer parce que l’idéalisme philosophique sur lequel elle repose est moribond. On peut dater cette parenthèse : 1880 - 1980. Le XXIe siècle ne sera pas psychanalytique. De 1880 à 1980, nous avons été envahis par cette énorme construction intellectuelle, aux bases épistémologiques improbables. Comment expliquer pareil succès pendant tout un siècle ? La psychanalyse était un mythe. Un mythe est une fable à laquelle toute une époque adhère parce qu’elle en a, d’une certaine manière, besoin : elle s’y retrouve. Le mythe a une fonction de régulation sociale. Comme d’autres idéologies du siècle dernier, la psychanalyse a aidé nos prédécesseurs à « tenir » au travers d’immenses bouleversements, comme l’humanité n’en avait jamais connu jusque là. On ne se bat pas contre les mythes. C’est peine perdue. Ils s’effondrent tout seul quand ils sont devenus inutiles, quand l’époque n’en a plus besoin. Ils se fanent. C’est ce qui se passe de nos jours. Il n’y a plus de place aujourd’hui pour un théoricien de génie, l’un de ces « leaders charismatiques » dont le siècle passé s’était fait une spécialité, en psychologie ou ailleurs, en politique par exemple. Voilà pourquoi il est inutile d’écrire des « livres noirs de la psychanalyse ». Laissons les choses se faire, elles se feront. Une sorte de pragmatisme, parfois désabusé, s’est installé. Je crois que celui-ci prélude à un renouveau de la réflexion philosophique réaliste. En effet, le praticien, comme le patient, privé de ces idéologies qui mettaient un écran entre lui et la réalité, est désormais affronté nu aux grandes questions de l’homme de tous les temps : la vie, la mort, le mal, le bonheur, le sens de la vie et de la souffrance. Avec son téléphone portable et le terrorisme islamiste, l’homme contemporain est bien plus proche dans ses questions de l’homme des cavernes, affronté nu aux dangers de la brousse, que de l’homme du siècle dernier, habillé de ses idéologies. Il a besoin de rencontres humaines vraies et vivifiantes.

LES PATIENTS

 Venons-en à l’intérêt de la psychologie pour les patients. J’ai tenté de démontrer ailleurs qu’ils sont, eux, les véritables auteurs des théories psychologiques et que les dits génies de psychologie du XXe siècle n’ont fait que leur prendre leurs idées. Je cite, en raccourci : « Nos patients sont malades de logique. Ils raisonnent à perte de vue sur leurs sentiments, leurs pensées, leurs troubles et ses causes. Ils sont des théoriciens de la pathologie, bien plus doués là-dedans  que les professionnels. Ils sont plus doués pour la théorie que les professionnels parce que, tout simplement, ils souffrent et que quand on souffre, on se demande pourquoi. Ils sont spontanément psychanalystes, gestaltistes ou systémiciens. L’un croit qu’il est malade du manque d’amour de sa mère qui lui préférait son père. L’autre est persuadé qu’il n’est « pas assez dans son corps et ses émotions ». Le troisième est sûr que s’il allait mieux, sa famille exploserait. « Les grands pionniers de la psychothérapie traditionnelle ont, en fait, « piqué » leurs idées aux patients. Ils s’en sont emparés pour écrire de gros volumes et asseoir leurs carrières dessus. Les théories officielles, si elles sont si nombreuses, le sont justement parce qu’elles reflètent la variété des théories qu’ont spontanément les sujets sur eux-mêmes. » Le thérapeute efficace sera donc cynique et bienveillant. Il adopte les théories des patients sans y croire et les utilise pour mettre le bazar dans le système.

LE BAZAR

Mettre le bazar dans le système : voilà la besogne du thérapeute. Il s’agit de mettre le bazar dans le système névrotique du patient, qui est comme un jeu de quilles trop bien rangées. Regardez une anorectique, une boulimique, un patient unipolaire, une famille dysfonctionnelle. Les symptômes sont bien rangés, les rôles très bien distribués : ils sont à peu près prévisibles. Quel plaisir alors de balancer une bonne grosse boule qui renversera le maximum de ces quilles ! Il s’agit de mettre le bazar dans le système névrotique du patient, mais pas seulement. Il s’agit de mettre ce bazar dans tout le système, c’est-à-dire aussi dans celui du thérapeute. C’est même plus important, puisque si le bazar est mis des deux côtés, alors l’interaction entre les deux aura des chances d’être enfin vivante et que c’est à cela que le thérapeute doit tendre : c’est son métier.









Rédigé le 19/07/2018 à 10:02 | Lu 34 fois | 0 commentaire(s) modifié le 19/07/2018




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Août 2018 - 11:56 L’hypnose et ses inductions.

Rédacteurs web de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves | Abstracts de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves | De l'Hypnose et des Thérapies Brèves, EMDR, IMO





Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy



EMDR - IMO en France, de Paris à Marseille en passant par Nancy. Intégration des Mouvements Oculaires en thérapie. Thérapeutes et Formation