Hypnothérapie

Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille

Laurent GROSS, Hypnothérapeute, EMDR - IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Paris 11

Florent HAMON, Hypnothérapeute, Thérapeute EMDR à Paris.

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute, EMDR - IMO, Thérapies Brèves Orientées Solution à Marseille

Valérie TOUATI-GROSS, Hypnose Thérapeutique, EMDR - IMO, Thérapies Brèves et Ostéopathie à Paris 11 et 12

Dr Philippe AÏM, Psychiatre, Hypnothérapeute, Thérapies Brèves Orientées Solution. Paris

Mariline MORCILLO, Hypnothérapeute et Infirmière sur Marseille et Paris

Théo CHAUMEIL, Kinésithérapeute et Praticien en Hypnose. Chargé de Formation à Paris et Marseille

Sophie TOURNOUËR, Hypnothérapeute, Psychologue clinicienne et Thérapeute Familiale

Hypnose et fil de soi(e). Christine Guilloux


Quand il s’agit de grandir…
Christine GUILLOUX Psychologue, psychothérapeute, Paris
Revue Hypnose & Thérapies Brèves, Hors-série n°2



Comment savoir qu'il est temps de changer ? A quels signes sait-on qu'il est besoin de changer ? Comment savoir que l'on est en train de changer ? A quels signes reconnaît-on le changement ? Et est-il nécessaire de se mettre à nu ? Ou de se décortiquer ?

Est-il nécessaire de prendre du volume pour passer d’un état à un autre? Milton H Erickson ne commençait-il pas par faire grossir ses patientes qui voulaient perdre du poids ? Y a-t-il à faire grossir son attente, sa demande, son besoin, sa lassitude dont on ne sait plus comment se dépatouiller pour décider de grandir ? Il est mille et une façon de venir en thérapie pour décider, avoir le courage de grandir. Décider de passer le gué, de franchir une étape ou simplement de l’achever. Décider de se dépêtrer des toiles du passé, de se débourber, de s’alléger de l’insupportable ou simplement du peu supportable. Peut-être est-il d’autres toiles que l’on peut se construire dans le tourbillon de nos interactions avec les autres.

GRANDIR ET SE SÉPARER
Grandir, devenir grand. Il est des stades dans notre développement, des étapes de vie, qui peuvent être difficiles à franchir : enfance, adolescence, jeunesse, maturité, vieillesse. Passages marqués, remarquables et remarqués. Transitions, bousculades physiques et physiologiques, « crises d’identité » qui se traversent comme pierres de gué, comme rites de passage. Passages à l’âge adulte : il peut s’agir de quitter la maison des parents pour le jeune adulte. Mais comment quitter la maison quand le jeune adulte est en graves difficultés ? Comment le jeune adulte et la famille peuvent-ils alors se séparer ?

Il est des bousculades alors d’un autre ordre : le jeune apparaît comme immature, malade alors que le système familial est en crise. Il n’y a ni victimes, ni bourreaux, mais des êtres en souffrance, des êtres en interactions paradoxales. Pour grandir, n’y a-t-il pas alors à accompagner, à réunir parents et enfants pour les aider à se séparer, à provoquer leur désengagement parents-enfants ? Passages d’un état à un autre. N’est-ce pas en quoi consiste le changement ? Étapes de croissance, de maturation, cycles et transitions sur le chemin de la vie.

Passages subis, prédéterminés, passages facilités et agis. Et rien ne sera plus jamais comme avant. De terrain connu en terrain inconnu. Et à l’âge adulte, de décade en décade. Changements internes, évolution des rôles et des responsabilités, changements de perspectives, de vision du monde, de valeurs. Étapes de mûrissement, de confrontations, de compromis et d’abandons, de révision de sa copie de vie. Prêt à affronter d’autres choses, à élaborer d’autres projets, à s’engager dans de nouvelles directions, à devenir de plus en plus soi-même, à être dans l’apprentissage permanent de ces mouvements de la vie. Alors grandir ne serait-ce simplement que bénéficier de ces étapes, de ces transitions, pour se dépasser et saisir ainsi ces opportunités de nouveaux apprentissages? et ce, dans un monde qui change de plus en plus vite... Sagesses à tous les étages.

Grandir passe par des moments d’alerte, des éveils explosifs, des confusions sinueuses, des surprises, des déclics comme par des distractions, des questionnements, des mobilisations de ressources… tout au long du voyage. Ici nous vous proposons quelques étapes d’accompagnement d’un tel voyage, dans cette mutuelle acceptation, dans cette rencontre de créativités. Un voyage à l’élégance suprême.

PREMIÈRE SÉANCE. Où il est question de conduire, de ne pas conduire et se conduire entre deux (ou trois) rails.

Léa, la soixante à peine effleurée, s’est toujours sentie entre deux feux, entre deux chaises, entre deux... Petite dernière d’une famille de quatre enfants, entre ceux qui ont connu la guerre et elle qui ne l’a pas connue, entre deux pays, entre les militaires et les civils, entre sa mère et sa fille, elle s’élance et se présente à moi comme une consœur. Entre la familiarité et la distance. Enseignant de yoga, fascinée depuis toujours par le corps et le mouvement, versée dans la spiritualité, elle s’est arrêtée de danser à l’âge de treize ans. Elle avance puis elle bifurque.

Ce qui l’amène, c’est le souhait de conduire avec aisance, sans peurs et sans reproches. Elle conduit, certes, mais sur des routes familières, sur de “petites routes” mais pas sur la grand-route.

Sa fille a été un souci, une inquiétude et le demeure. Léa se sent coupable de n’avoir pas perçu combien Inès s’était sentie, enfant, souffre-douleur, et combien elle était suicidaire. Elle n’a pas su faire face à la violence de l’adolescente qui refusait l’accès à sa chambre. De sa mère, elle n’a soudain plus supporté l’emprise, les conseils, les ordres, les reproches. Une mère autoritaire, omnipotente dont elle a peur. Peurs d’avoir à parler d’elle, de son intimité, de ses questionnements, de ses difficultés relationnelles...

Entre la mère et la fille. Tous comptes faits, les événements forts étaient pour l’une et l’autre, il y a quinze-seize ans. Comme sur l’autoroute où Léa s’est sentie « poussée, collée par un camion aux fesses, avec l’impossibilité de s’arrêter ». « Je ne peux pas m’arrêter quand je veux ». Elle clame son amour de la conduite tout en frissonnant à sa peur des autres.

Léa vient en cachette de son mari. Elle a peur qu’il l’oblige à conduire. Elle dit et redit son besoin de parler, de s’épancher, d’être écoutée, d’être prise en compte. Directement et indirectement. Elle dit son besoin d’aller à son rythme, pas trop vite. D’ailleurs, il en est de même pour ses activités professionnelles. Doucement, très doucement. « Vous allez me dire que je suis lente. Un ami m’a proposé de donner des cours de yoga dans une clinique psychiatrique. Pendant 15 ans, je lui ai répondu que je n’étais pas prête ». « Non, tu viens avec ton expérience ». Un silence et elle renchérit: « A mon mari, je dirai que je ne suis pas prête ». Alors, vient-elle voir un thérapeute pour une thérapie brève de 15 ans ?

Vive et alerte, elle vient avec ses notes, son cahier de route qui s’étoffera progressivement d’un plan de vol. Mais nous n’en sommes pas là. Un question se pose : de quelle conduite s’agit-il ? Quelles sont les peurs, les ressources, les repères, les ouvertures, les perspectives ?



Boutique en ligne





Rédigé le 30/07/2018 à 22:20 | Lu 14 fois | 0 commentaire(s) modifié le 30/07/2018




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Août 2018 - 11:56 L’hypnose et ses inductions.

Rédacteurs web de la Revue Hypnose et Thérapies Brèves | Abstracts de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves | De l'Hypnose et des Thérapies Brèves, EMDR, IMO





Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy



EMDR - IMO en France, de Paris à Marseille en passant par Nancy. Intégration des Mouvements Oculaires en thérapie. Thérapeutes et Formation